l’Etat a proposé 200 000 euros d’indemnisation à la famille

ce Le militant indépendantiste corse est mort après avoir été agressé par un co-détenu radical, Franck Elong Abé, à la prison d’Arles le 2 mars.

Articles rédigés par

installée

renouvellement

temps de lecture: 1 minute.

Le pays a offert environ 200 000 euros de dédommagement aux membres de la famille d’Yvan Colonna suite au meurtre du militant corse en prison. Cette proposition vise à mettre fin aux poursuites judiciaires contre l’administration, a déclaré mardi 8 novembre à l’AFP l’avocat Patrice Spinosi. “En l’état, nous avons cette proposition sur la table et seule une partie de la famille l’a acceptée pour le moment. Quelque chose qui n’a pas été clairement déterminé.”dit-il en détail, confirmant en partie les informations de canards enchaînés.

Au nom de la famille d’Yvan Colonna, des avocats ont déposé, début avril à Marseille, un recours administratif contre l’État après la mort de l’indépendantiste, décédé après avoir été agressé par un co-détenu radical, Franck Elong Abé, à la prison d’Arles. le 2 mars. Yvan Colonna purge une peine de prison à perpétuité pour le meurtre du préfet Claude Erignac en 1998. Dans cette requête consultée par l’AFP, le montant total des dommages subis par la famille d’Yvan Colonna a été estimé à un million d’euros.

Lire Aussi :  le sélectionneur du Qatar regrette la "désinformation" à propos des travailleurs migrants

La proposition n’a pas de limite de temps. S’il est accepté par les huit candidats, dont les parents d’Yvan Colonna et ses deux enfants, le dossier sera classé sans passer par une audience devant le tribunal administratif. “Chacun a la liberté de faire ce qu’il veut. On verra plus clair dans quelques semaines”confirmé Patrice Spinosi.

“Cependant, il s’agit d’un montant beaucoup plus important que le barème habituel.”

Patrice Spinosi, avocat de la famille Yvan Colonna

à l’AFP

L’avocat a également rappelé que la responsabilité de l’Etat en la matière est acquise selon les termes du code pénitentiaire. Selon la loi de novembre 2009, l’Etat systématiquement “responsabilité de l’indemnisation des dommages résultant du décès d’un détenu causé par des violences commises dans l’établissement pénitentiaire par un autre détenu”.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button