Les France élite, c’est l’objectif de l’année pour les deux nageuses de l’AC Bourges Bérangère Ferron et Svetlana Saudrais

« On peut sans doute comparer Svetlana à Neymar, analysait Christophe Cleuziou, l’entraîneur des nageurs. Il a connu le meilleur début de saison depuis qu’il est au PSG car il y avait la Coupe du monde en décembre. Svetlana a connu le meilleur début de saison à l’entraînement. et c’est peut-être parce que la France est plus en avance que d’habitude.”

Pour Saudrais et sa coéquipière de l’AC Bourges, Bérangère Ferron, il y a trois moments forts en une saison : l’élite française en petit bassin, en grand bassin et l’été français. « Dans des compétitions comme Olivet (il y a dix jours, la seule vraie compétition préparatoire depuis la reprise, ndlr), on a tenté des choses, expliquait Svetlana Saudrais. Là, on ne peut pas, il faut être au top. »

Explication avec Christophe Cleuziou : « Dans la plupart des meetings, avec leur niveau, ils savent qu’ils seront en finale, voire sur le podium. En championnat, ils savent que dès le matin (dans la série, NDLR), vu la compétition, ils n’ont pas le droit de planter pour avoir la meilleure finale. »

Lire Aussi :  pourquoi le gouvernement évoque régulièrement le scénario de la dissolution

Un bilan satisfaisant pour l’AC Bourges en championnat de France N1 de natation

Et, pour des nageuses comme Svetlana Saudrais et Bérangère Ferron, un championnat de France raté est une saison ratée. “Ils adorent nager, mais ils vivent vraiment pour ce moment”, a conclu leur entraîneur. Toute la saison est donc construite autour de ces quatre ou cinq journées d’essais.
“En début d’année, on fait beaucoup de kilomètres”, raconte Svetlana Saudrais.

Ce travail de base permet de retrouver de l’endurance après la fin de saison où le kilométrage est réduit pour préparer le championnat de France d’été, puis les vacances d’été. Puis, quelques semaines avant la compétition, le volume diminue et les nageurs commencent un travail particulier.

Si le reste du travail se fait dans l’optique d’être prêt pour le championnat, « c’est là qu’on commence à penser un peu plus au championnat », notamment Svetlana Saudrais. “Pour certains nageurs, ce petit stress qui commence à augmenter peut être néfaste”, explique Christophe Cleuziou. Bérangère et surtout Svetlana avaient besoin de ça pour bien performer. »

Lire Aussi :  Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti : un crâne humain découvert dans l’Isère

“Restez heureux dans ce que vous faites”

« Ce stress, ils ne l’ont pas dans d’autres compétitions, dit-il. Dans tous les domaines, hygiène de vie, implication dans les entraînements, réflexion sur leur pratique, petit à petit entrer dans leur compétition. » « On y réfléchit un peu, mais sans en parler. à nous-mêmes les nôtres « Il faut vraiment que je sois prêt », analyse Bérangère Ferron. Le moment où nous y pensons le plus, c’est pendant la séance. »

“On nage à notre rythme de course, puis on nage depuis Voves, qui sera chez lui cette semaine en Eure-et-Loir. A l’extérieur, on garde la vie sans trop y penser. Il faut rester heureux dans ce qu’on fait, sinon nous ne réussirons pas.”

Lire Aussi :  Une enquête ouverte, plusieurs boutiques de vente de CBD fermées en France

Pour lui, cette saison, le différentiel avec le reste de l’année est moins important. Il rejoint Orléans pour poursuivre ses études et s’entraîner moins que lorsqu’il était au centre de formation. Là où Svetlana Saudrais enchaîne les séances de 6 kilomètres en volume tout au long de la préparation, Bérangère Ferron reste à 4,5 ou 5 kilomètres maximum, avec moins de séances en semaine.

“Oui, ça fait une semaine et demie qu’on a ralenti le volume, même pour “Ber” ça n’a pas trop changé, a expliqué Svetlana Saudrais. Dans les rallyes, on n’en faisait que cinq jours avant.” Depuis son arrivée en Bourges il y a quatre ans, il a compris que ce qu’il faisait six mois avant servait six mois après, dit Christophe Cleuziou, donc il s’est plus impliqué, mais il y a vraiment eu un changement en lui. à travers cette période. Alors comparez avec Neymar.

Ludovic Aurégan

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button