les Etats-Unis interdisent officiellement les équipements télécoms chinois

Une demi-douzaine d’entreprises de télécommunications chinoises bannies des États-Unis. Soupçonnés de constituer une menace pour la sécurité nationale, les équipementiers et prestataires de services visés vendredi 25 novembre se voient interdire par un décret de la Federal Communications Commission (FCC) de vendre tout nouveau produit sur le sol américain.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Huawei, ou comment survivre aux sanctions américaines

Aucune autorisation de mise sur le marché ne sera désormais délivrée aux entreprises concernées, dont Huawei et ZTE, qui étaient déjà soumises à des règles similaires par le passé, ainsi que Dahua et Hikvision, qui fournissent des équipements de vidéosurveillance, et Hytera, spécialisée dans les équipements radio. Les produits déjà approuvés par la US Telecommunications Authority continueront de l’être.

Lire Aussi :  une nouvelle station de conditionnement pour l'entreprise Dutoit

“Ces nouvelles règles représentent une partie importante des mesures prises pour protéger le peuple américain contre les menaces à la sécurité nationale impliquant des équipements de télécommunications.”, a déclaré la présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel, citée dans un communiqué. Le régulateur envisage également de réévaluer les permis déjà délivrés ainsi que les procédures de révision des interdictions annoncées.

Dans la lignée de l’administration de son prédécesseur, l’administration de Joe Biden a adopté une ligne dure contre les équipementiers de télécommunications chinois soupçonnés d’espionnage pour Pékin.

“Risque inacceptable” pour la sécurité

En mai 2020, l’administration de Donald Trump avait ordonné aux sous-traitants de Huawei de demander l’autorisation d’utiliser des composants américains, bloquant de fait l’approvisionnement de l’équipementier en produits fabriqués par des sociétés établies aux États-Unis. La décision avait pénalisé l’activité du groupe, notamment dans le secteur des smartphones, où Huawei a quasiment disparu du marché.

Lire Aussi :  Économie | Le panier anti-inflation, objet politique encore mal identifié

La FCC a ensuite placé Huawei, ZTE, Hytera, Hangzhou Hikvision Digital Technology et Dahua Technology sur une liste noire d’entreprises en mars 2021. “risque inacceptable” pour la sécurité nationale des États-Unis. Cette même année, en juin, l’agence s’est déclarée favorable à un plan visant à interdire les licences accordées aux entreprises chinoises d’équipements de télécommunications.

“Malgré l’identification de problèmes de sécurité avec les équipements de télécommunications Huawei et ZTE dès 2019, cette agence a continué ces dernières années à accorder l’approbation à ces équipements.dit M.moi Racine de rose. En d’autres termes, nous avons laissé ouvertes des options pour leur utilisation aux États-Unis par le biais de notre processus d’approbation des équipements. Nous proposons maintenant de fermer cette porte. »

Cette interdiction avait suscité des inquiétudes chez les petits opérateurs télécoms, qui sont les seuls à utiliser les équipements Huawei et ZTE dans leurs réseaux. En septembre 2020, la FCC estimait que le remplacement de ces équipements leur coûterait plus de 1,8 milliard de dollars.

Lire Aussi :  Cac 40 : Concentrée sur les résultats d'entreprises, la Bourse de Paris cède à la prudence
lire aussi Article réservé à nos abonnés 2020, l’année où Huawei s’est mis à genoux

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button