la Fed relève son taux de 0,75 point de pourcentage mais pense à ralentir ses hausses

La banque centrale américaine propose un resserrement monétaire moins agressif à partir de décembre.

Washington

Comme ses dirigeants le suggèrent depuis des semaines, la Réserve fédérale a de nouveau relevé son taux directeur de 0,75 point de base mercredi soir. Il s’agit de la quatrième forte augmentation de cette ampleur depuis mai. Cela porte le taux des fonds fédéraux entre 3,75 et 4 %. C’est le taux auquel la Fed permet aux banques de se prêter des liquidités à très court terme. Son augmentation se répercute immédiatement sur le coût total du crédit.

D’autres hausses sont probables dans les mois à venir, mais pour la première fois la Fed précise qu’elle tiendra compte dans ses décisions futures de l’impact de ses précédentes hausses de taux, qui ne se sont pas encore concrétisées. “Pour déterminer le rythme des augmentations futures, le comité monétaire tiendra compte de l’accumulation des resserrements de la politique monétaire, des décalages dans le temps avec lesquels la politique monétaire affecte l’activité économique et l’inflation, et des évolutions économiques et financières», précise le communiqué, dont la moindre virgule a été scrutée par les marchés.

Lire Aussi :  Le futur « Conseil national du commerce » piloté par Thierry Mandon

Risque de récession

Ce dernier s’est félicité de cette précision. Selon les investisseurs, cela indique que la banque centrale se rapproche du niveau maximum des Fed Funds qu’elle entend maintenir pour longtemps. Il est clair que Jerome Powell, le patron de la Fed, et ses collègues n’attendront pas que l’inflation soit retombée près de leur objectif de 2 % pour ralentir.

Lire Aussi :  lâché par plusieurs cadres, Elon Musk reçoit un avertissement officiel des autorités

La vague d’inflation la plus forte et la plus persistante depuis plus de quarante ans a conduit la Fed à resserrer rapidement sa politique dans l’espoir de freiner la demande de biens et de services qui continue de dépasser l’offre. Wall Street, inquiète du risque croissant de récession, espère que la Fed ralentira bientôt ses hausses de taux. L’éventualité d’une hausse de moins de 0,75 point lors de la réunion du 14 décembre ou lors de la réunion de février est envisageable, admet Jerome Powell. Tout dépendra des signaux de l’inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation) et des créations d’emplois d’ici là. Jusqu’à présent, les indications sur les deux fronts ne sont pas encourageantes.

Lire Aussi :  Elon Musk devient l'unique dirigeant de l'entreprise après avoir dissous le conseil d'administration

S’il est vrai qu’un pic de hausse des prix a été atteint en juin, à près de 9 %, l’inflation sous-jacente a en revanche poursuivi sa progression, passant de 5,9 % en juin à 6,6 % en septembre. Cette propagation de l’inflation à l’ensemble des services ne peut qu’inquiéter la Fed. Du côté de l’emploi, les derniers signaux ne montrent pas non plus de ralentissement. Selon l’enquête ADP, le secteur privé a ajouté 239 000 emplois supplémentaires en octobre, dépassant les prévisions.

REGARDE AUSSI – La BCE annonce une nouvelle forte hausse des taux d’intérêt de 0,75 point face à une inflation record

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button