ITW/Le Mag – Mathieu Burgaudeau : «Être performant sur le Tour de France»

Il y a un an, résident L’équipe TotalEnergies avait exprimé son désir de lever la main devant le micro L’actualité du cyclisme :”Quoi qu’il en soit, je veux gagner et n’importe quel concours m’irait très bien !“Quand on regarde l’année 2022, on peut logiquement dire que Mathieu Bourgaudeau atteint son objectif, sinon mieux. la de Noirmoutier en Ile a donc levé la main lors de l’événement World Tour lorsque Paris-Niceen mars dernier où il a montré son talent et sa classe. D’autre partUn coureur de 23 ans – qui pourrait même avoir levé la main à nouveau à temps Tour du Doubs (2.) – pas épargné par la malchance due à plusieurs chutes et blessures (clavicule et omoplate fracturées en mars dernier après une chute lorsque Classique Loire Atlantique, par exemple). Entretien.

Vidéo – Burgaudeau : “Il n’y a que mieux à faire en 2023”

“Mon succès à Paris-Nice est un déclencheur pour les années à venir”

Mathieu, que retiens-tu de cette saison 2022 ?

Il y en a eu des bons et aussi des moins bons, mais dans l’ensemble c’est difficile de prendre le bon côté sans parler des choses qui n’ont pas marché. J’ai eu plusieurs problèmes physiques. Cela a vraiment ruiné ma saison et je pense que sans cela, j’aurais eu une saison solide. Bref, je passe une excellente saison. Dès que j’ai été à mon niveau, j’ai pu jouer pour la victoire, ou du moins je n’en étais pas trop loin, et c’est positif pour la suite. J’ai fait une belle victoire à Paris-Nice [le 11 mars dernier], mais j’aurais aimé faire mieux… Mon succès à Paris-Nice est un déclencheur pour les années à venir. C’était vraiment bon pour moi moralement quand j’ai enfin pu lever la main dans une compétition professionnelle.

Maintenant, je sais que je peux le faire et dans n’importe quelle compétition. A la fin de la saison, je n’étais pas loin de gagner une autre épreuve [2e du Tour du Doubs, un podium sur une étape de l’Arctic Race of Norway…]. Mon palmarès est quelque peu gâché par mes nombreux crashs. A chaque fois que j’étais en pleine forme, j’étais victime d’une grosse chute [clavicule et omoplate fracturées en mars dernier après une chute lors de la Classic Loire Atlantique, par exemple]. En particulier, je n’arrivais pas à surfer sur ma dynamique après Paris et Nice. C’est un peu décevant. C’est arrivé à nouveau en juin lorsque j’ai chuté lors de la course en ligne vers les championnats de France. Je suis arrivé au Tour de France pas à 100%. Cela m’a vraiment dérangé cette année parce qu’il y avait moyen de réaliser de grandes choses.

Lire Aussi :  MotoGP : Marc Marquez ne regrette pas d’avoir ignoré en 2015 cette "règle non-écrite" de ne pas perturber un pilote jouant le titre

“Tout le collectif TotalEnergies a performé”

Qu’en est-il de vos résultats Team TotalEnergies ?

Globalement, nous avons fait une très bonne saison avec des résultats dès le début de saison et une régularité dans nos performances au fil des mois. [la formation TotalEnergies a remporté 15 victoires en 2022, soit 9 de plus qu’en 2021]. Ce qui était intéressant en 2022, c’était en fait tout le collectif qui se produisait. C’est une bonne chose car cela a donné une dynamique positive à tout le groupe avec les victoires que nous avons depuis le début de la saison. Après ce bon début de saison, l’équipe a bien performé au fil des mois et des compétitions. Il y avait toujours un coureur dans l’équipe pour obtenir le résultat. C’est vraiment bien et nous n’avons qu’à faire la même chose en 2023 ou même mieux.

“Peter Sagan se trompe rarement”

Qu’est-ce qui a provoqué l’arrivée de Peter Sagan ?

En 2022, Peter est entré dans notre effectif. Il nous a apporté du professionnalisme et des petits trucs en plus qui peuvent nous aider surtout pendant l’événement. Il y avait aussi du très bon matériel. Peter a donné un bon coup de pouce à l’équipe. Ce n’est pas quelqu’un qui parle beaucoup. C’est pourquoi quand il parle, on a envie de l’écouter parce qu’il ne va pas dire n’importe quoi. Il ne va pas parler en vain et fait rarement des erreurs dans ses paroles, alors nous l’écoutons attentivement. C’est vraiment intéressant d’écouter ce qu’il a à dire, d’entendre ses conseils… C’est très gratifiant de l’avoir dans l’équipe et je pense que ça fait encore plus progresser.

Lire Aussi :  CC - Championnat de France - U17 Garçons : Classement - Actualité

“Je me fixe des objectifs élevés et j’aime les responsabilités”

L’équipe me fait de plus en plus confiance. J’aime ça parce que je me fixe des objectifs élevés et j’aime les responsabilités. L’équipe est toujours contente de moi dans l’ensemble. Nous devons juste faire mieux en 2023. Nous n’avons pas de véritable estimation pour 2022. Nous jouerons un peu avec les vacances là-bas. On a oublié le vélo pendant un mois, le temps de tout couper avec, bien décharger de la saison qui vient de se terminer. Nous ferons une petite mise à jour en décembre lors de la première réunion de l’équipe pour mieux démarrer la saison prochaine.

“Pogacar, Evenepoel… il y a de gros clients pour les coureurs de mon âge”

Que pensez-vous de Pogacar et d’Evenepoel qui ont presque le même âge que vous ?

Tadej Pogacar est ma génération, il a le même âge que moi (23 années). J’ai fait toutes les courses juniors et espoirs avec lui, donc je le connais très bien. C’est vrai que Tadej a explosé dès sa première année professionnelle. Il a été très fort dès le départ, c’est un cador, il a de la classe et du talent naturel. Cela lui a permis de gravir les échelons très rapidement. Pareil pour Remco Evenepoel, peut-être bien pire. Il a eu une grosse blessure en 2020 qui a ralenti sa carrière mais oui… il y a de gros clients pour les coureurs de ma génération (rire). Mais ça tombe bien, on se dit que peu importe l’âge, on peut être devant tout de suite.

Ce un défi pour l’avenir et ça donne envie d’être encore plus fort pour rivaliser avec eux dans certaines compétitions. De toute façon, il n’y a plus de petits événements, que ce soit dans le World Tour ou dans d’autres catégories. C’est vrai qu’on passe toute la journée vide et qu’il faut se battre pour faire partie du détachement. Le niveau moyen du peloton a monté au fil des ans, j’ai vu ça depuis les pros (stagiaire en 2017, mais première année complète avec des professionnels en 2019). Les anciens disent la même chose. Cela est principalement dû à l’évolution de la technologie… Par exemple, la moyenne du Tour de France a été battue cette année, ce qui montre que les choses s’améliorent.accélérer. Vous n’avez pas seulement besoin d’être bon pour obtenir des résultats, ce qui rend très difficile la réussite.

Lire Aussi :  Thomas Björn, capitaine européen de la Ryder Cup 2018 : «J'aime beaucoup Antoine Rozner»

“Le Tour de France 2023 ? Je veux le faire, mais surtout je veux y performer”

Parcours du Tour de France 2023, ça vous plait ?

Le cours est assez intéressant, même s’il est très difficile. J’aime la plateforme car j’aime le pays basque et ses routes. Je pense que c’est formidable que ce domaine comporte trois étapes. Dans l’ensemble, c’est un Tour de France très difficile avec toutes les montagnes de France, avec plusieurs étapes de niveau intermédiaire. Ce sera un grand Tour de France. Est-ce que je veux participer à cette nouvelle édition ? Bien sûr, je veux faire le Tour [Mathieu Burgaudeau a déjà pris le départ de deux Tour de France], mais j’ai surtout envie d’y performer. Je veux être à 100% pour pouvoir enfin m’exprimer pleinement, pas comme cette année où j’ai chuté au bout d’une semaine.”

“En 2023, je veux surtout toute la saison…”

Et tes objectifs pour l’année prochaine ?

Je ne me suis pas encore fixé d’objectifs pour 2023. Je me remets vraiment en mode fun, sans programme d’entraînement précis. J’ai laissé parler mes sentiments durant ce mois de novembre. Je rendrai compte de mes objectifs en décembre. L’année prochaine j’ai surtout envie de faire une saison complète sans blessures à répétition pour pouvoir m’exprimer à 100% du 1er janvier à octobre. Je pense que si je n’ai pas de blessure, j’ai les moyens de faire une bonne saison. Quant aux courses, bien sûr je veux le Tour de France, mais voyons, il y a d’autres courses dans la saison en plus du Tour…



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button