Festival international du film du Caire 2022 : Mention spéciale pour “Je reviendrai là-bas” de Yassine Redissi

Le documentaire tunisien “I’ll be back there (I’m coming home)” de Yassine Redissi a reçu une mention spéciale au Festival international du film du Caire (CIFF), dont le palmarès a été présenté mardi soir au Caire.

I’ll Be Back There a fait sa première mondiale lors du 44e CIFF, organisé du 13 au 22 novembre 2022. Sélectionné dans la section Horizons du cinéma arabe, ce film a été primé pour l’oeuvre Horiya de Monya Meddur. (France, Belgique), qui a également reçu une mention spéciale.

Les lauréats du CIFF reçoivent sept prix chaque année. La “Pyramide d’or” du meilleur film est revenue au film libanais “Alam” de Firas Khoury, qui figurait parmi les 14 films de la compétition internationale. Ce long métrage (104′, 2022) est une collaboration internationale entre la France, la Tunisie, la Palestine, l’Arabie Saoudite et le Qatar. Selon le règlement du festival, la “Pyramide d’or” est décernée au producteur.

Lire Aussi :  en Ukraine, ces soldats dans l'angoisse d'une attaque nucléaire russe

I’ll Be Back There est un long métrage documentaire de 92 minutes coproduit par 66KIF STUDIO et Ciné 7ème Art, dont la sortie nationale est prévue en 2023.

Le film a été écrit, réalisé et produit par Yassin Redissi, qui monte également avec Hafed Laaridi. Ramsay Ben Fragge est le directeur de la photographie de ce road movie musical dont la bande-annonce est l’œuvre d’Henri Tibi, Slim Ben Ammar et Broadway Mad.

Dans ce premier documentaire, Yacine Redissi aborde les thèmes de l’exil, de la nostalgie, de l’amitié, du souvenir et de la tolérance.

Lire Aussi :  lancement du premier festival international du film post-Covid

Le film raconte l’histoire de trois jeunes qui « marchent sur les traces d’un vieux chanteur juif tunisien exilé dont la discographie oubliée se réhabilite en se consacrant entièrement à l’amour de son pays natal. A travers le parcours extraordinaire d’Henri Tibi, Slim et Yacine, découvrez l’histoire d’une Tunisie fictive, ouverte, multi-religieuse qui tranche avec les temps troublés actuels… ».

Yassin Redissi est né le 3 janvier 1988 en Tunisie. C’est un cinéaste franco-tunisien, à l’origine journaliste, animateur de radio et de télévision et fondateur du média alternatif 66KIF, qui est aussi sa société de production. Son nouveau film vient après un long voyage qui a débuté en 2016.

Lire Aussi :  Kiev évalue les pertes russes à plus de 75 000 soldats depuis le début du conflit

Il co-réalise le premier court métrage documentaire Born in Spring (2013), qui est sélectionné aux 4èmes Rencontres des Cinéastes en Tunisie et aux Soirées du Court Métrage Tunisien à Paris.

Le CIFF, l’un des plus anciens festivals de la région arabe et africaine, est accrédité par la Fédération internationale des associations de producteurs de films (FIAPF).

Le cinéma tunisien était bien représenté dans la compétition et dans le jury de la 44e édition du CIFF, qui comprenait 97 films de 52 pays dans les quatre compétitions du festival.

Island of Forgiveness de Ridhi Behi (compétition internationale) et Trina de Nejib Ktiri (compétition de courts métrages) ont eu leurs premières mondiales au Caire, respectivement.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button