Equipe de France – Coupe du monde – Une liste de 23 Bleus ou de 26 ? Didier Deschamps face à un dilemme

Si le Covid et le passage de 3 à 5 remplacements ont facilité la vie des entraîneurs du monde entier et, surtout, des très grands clubs de la planète avec des bancs XXL et le même ego développé pour satisfaire, les entraîneurs nationaux n’en ont pas. tout le monde n’a pas forcément apprécié les autres réformes décidées pendant la pandémie et ceux qui y ont survécu : l’extension de la liste à 26 appelés au Championnat d’Europe ou, en ce qui nous concerne, à la Coupe du monde.

Sur le papier, avoir 26 joueurs sous la main, c’est proposer trois solutions supplémentaires aux problèmes qui se poseront hypothétiquement pendant la compétition. Mais aussi trois autres possibilités de crash. Trois opportunités supplémentaires créent également des problèmes là où il n’y en a pas forcément.

Certains voient le verre à moitié plein, Didier Deschamps le voit avec plus de prudence. Et cela depuis l’Euro 2021. Pendant ce temps, l’entraîneur a emmené une cohorte de 26 membres à Munich, Budapest et Bucarest. Ce qui ne rend pas les Bleus plus forts, bien au contraire. Et ce qui ne résout pas non plus les problèmes qui ont balisé le chemin. Notamment en 8e de finale face à la Suisse (3-3, 4 tabs à 5).

gestion de l’équilibre

Avant le dernier match des Bleus face au Danemark, en septembre dernier, Deschamps ouvrait la question : “J’ai une certaine marge entre 23 et 26. Si je pense que c’est bien… Je vais reprendre cet exemple, mais à l’Euro, on est 26. Quand tu as deux joueurs blessés au même poste. (ndlr : Lucas Hernandez et Lucas Digne)… Heureusement qu’on avait Adrien (Rabiot) pour compenser. Il est également important d’avoir des joueurs polyvalents. L’âge de 26 ans ne nous garantit pas d’être plus fort. Il n’y a que onze places sur le terrain même si le nombre a augmenté sur le banc et sur la feuille de match. Pour faire simple, se retrouver à 23 ou 26 ans quand le destin tombe au coin de son nez, ne change pas un destin, juge DD.

Lire Aussi :  Energie : le projet de gazoduc Barcelone-Marseille mis sur les rails

Où partir à 23 ou 26 ans, voire à 24 ou 25 ans, modifie l’équilibre – celui qui a entraîné dix ans l’équipe de France plus qu’attaché – est au quotidien. Dans les entraînements, notamment. Lorsque l’opposition 11 contre 11 se met en place, il n’y a pas de place pour tout le monde. Avant que la FIFA ne modifie les règles et ne passe à 26, le schéma était simple : 10 joueurs de champ affrontaient 10 joueurs de champ avec deux gardiens appelés. Le troisième gardien, qui était un membre distinct de la sélection, a compté les points.

Après « coiffeur », « shampoing » : qui seront les trois grands perdants de la liste ?

Aujourd’hui, et comme on l’a vu l’été dernier lors des séances ouvertes à la presse, les joueurs passent leur vie à s’échanger des croix et à vivre en marge du groupe. Léo Dubois semble se souvenir de certaines émotions. Le Lyonnais de l’époque, qui pouvait être utile à gauche face à la Suisse, a fait des chiffres lors des Euros. Ce qui n’est pas agréable pour les joueurs ni pour le staff, qui tentent chaque jour de renforcer leur groupe. Cette situation peut même aller jusqu’à créer une scission, ce qui, soyons honnêtes, n’est pas le cas en 2021.

Trancher avant

Si DD hésite aujourd’hui à inclure Olivier Giroud – avec une performance indiscutable mais avec une claire ambiance du passé – dans la liste des 23, cela crée-t-il un problème extraordinaire avec trois joueurs supplémentaires qui n’ont que la possibilité de louer la pelouse verte au Qatar ? ? Il vaut mieux se décider avant que de jouer au pompier pendant.

Pourtant, l’état actuel des Bleus, avec des joueurs borderline, comme Raphaël Varane ou Presnel Kimpembe pour ne citer qu’eux, pourrait le contraindre à ouvrir sa liste plus qu’il ne le souhaiterait dans un monde idéal. Cela lui permettra aussi, en cas de pépin, de n’appeler personne d’autre d’ici lundi, date limite des listes définitives.

En 2022, l’extension de la feuille de match à vingt-six éléments est un ajout à la possibilité de 24, 25 ou 26 appels et un atout pour Didier Deschamps qui n’a personne à envoyer en tribunes. Mais l’argument suffira-t-il à convaincre le patron des Bleus à l’aube de sa troisième Coupe du monde sur le banc ? En ce moment, Didier Deschamps rêve avant tout d’avoir 23 ans de jeu.

Ligue des champions

Giroud, un feu d’artifice pour espérer voir le Qatar

11/02/2022 à 11:23

Coupe du monde

Allegri a exclu le retour de Pogba avant la Coupe du monde

28/10/2022 à 14:38

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button