Ce que l’on sait du meurtre de Vanessa, l’adolescente de 14 ans tuée à Tonneins

Le corps d’une jeune fille de 14 ans a été retrouvé vendredi dans une maison abandonnée du Lot-et-Garonne, après les aveux d’un homme de 31 ans qui a également reconnu l’avoir abusée sexuellement.

Vanessa, une adolescente de 14 ans portée disparue depuis vendredi, a été retrouvée morte le lendemain dans une maison abandonnée à Tonneins (Lot-et-Garonne). Un peu plus tôt, un homme de 31 ans a été interpellé et détenu dans la nuit de vendredi à samedi. Lors de son audition, il a rapidement reconnu avoir agressé sexuellement un collégien, qu’il ne connaissait pas, avant de se donner la mort.

Écolier espagnol

Vanessa, 14 ans, est une jeune Espagnole scolarisée au collège Germillac de Tonneins, dans la filière UP2A (instrument d’aide à l’apprentissage du français pour les élèves récemment arrivés en France) où elle apprend le français.

Il est l’aîné de trois enfants, et a un frère et une sœur âgés de 10 et 12 ans. Toute la famille a été choquée samedi : sa mère a dû être hospitalisée dans la nuit de vendredi à samedi.

Une mystérieuse disparition après avoir quitté l’université

Lire Aussi :  la SNCF jugée coupable d'homicides et de blessures involontaires

Vendredi à midi, Vanessa a quitté son collège. Mais ses parents, ne le revoyant pas, ont signalé sa disparition en fin d’après-midi, à 18h45. Le procureur de la République a indiqué samedi en conférence de presse que cet appel avait été “immédiatement” pris au sérieux par les gendarmes.

Les enquêteurs ont alors visionné pendant deux heures toutes les images des 28 caméras vidéo de sécurité de la ville de Tonneins, où ils ont pu retrouver Vanessa. À 13 heures, la jeune fille a été photographiée marchant dans la rue, alors qu’elle semblait rentrer chez elle après l’université. Des images de vidéosurveillance ont ensuite montré un véhicule qui passait, mais à aucun moment l’adolescent n’a été vu monter dans la voiture.

Un homme de 31 ans a été arrêté

Dans le cadre de l’enquête, les gendarmes ont ensuite passé au crible toutes les plaques d’immatriculation de leurs dossiers, ainsi que les propriétaires des cartes grises des véhicules.

Le nom d’un homme est apparu à ce moment : un homme de 31 ans qui travaille comme intérimaire et habite Marmande et a été interpellé vendredi à 10h45 et placé en garde à vue. Le procureur de la République a décrit samedi un homme qui n’était pas “inamical” et disposait d’un logement.

Lire Aussi :  pourquoi le gouvernement évoque régulièrement le scénario de la dissolution

Lorsque les gendarmes sont arrivés chez lui, il leur a dit : « Je sais pourquoi vous êtes ici ». Il a été placé en garde à vue vendredi à la brigade d’enquête de Marmande. Selon nos informations, celle-ci a été prolongée samedi par le procureur. Une perquisition a donc été effectuée dans sa maison, et une enquête sur l’environnement a été ouverte.

Un individu est connu de la police

Le procureur de la République d’Agen a précisé que le suspect était déjà connu des services de police. Ce dernier a été condamné en septembre 2008 par le tribunal de Rochefort pour avoir agressé sexuellement un adolescent de 15 ans. Les faits remontent à 2006.

Il a été condamné à 15 jours de détention avec sursis de 2 ans et aucun suivi socio-légal. Depuis lors, cet homme n’a pas été lié à des affaires sexuelles. Uniquement pour les actes de vol et de dégradation.

Lire Aussi :  l'imam Hassan Iquioussen placé en centre fermé en vue de son expulsion

Un rapide aveu en garde à vue

Selon nos informations, lors de son premier jour de garde à vue, le suspect a avoué avoir agressé sexuellement une adolescente de 14 ans, qu’il ne connaissait pas, dans sa voiture. Ils se trouvaient alors dans une autre ville que Tonneins.

Son avocat a affirmé samedi soir que son client s’était montré « coopératif » dans le cadre de sa garde à vue. “Il a répondu aux questions qui lui ont été posées, l’interrogatoire est long et va se poursuivre une partie de la nuit”, a expliqué Sophie Grolleau à notre micro, précisant que le mobile du suspect à ce stade est encore inconnu.

Une autopsie a été pratiquée dans les jours suivants

Une autopsie sera pratiquée sur le corps de la victime en début de semaine prochaine, et les enquêteurs attendent toujours le retour de l’analyse toxicologique du suspect. La cellule de psychologie s’est ouverte dans le collège d’une jeune fille.

Jeanne Boulant Journaliste BFMTV

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button