Vision de développement – Des territoires en plein essor économique !

Sahara est un chantier extérieur depuis cinq ans. Immobilier, industrie, pêche et économie bleue, agriculture, offshoring, tourisme, énergies renouvelables… ces domaines regorgent d’opportunités d’affaires

En cinq ans, les provinces du sud ont complètement changé de visage ! Selon les opérateurs présents dans les différentes villes du sud, il suffit de s’y rendre pour constater l’ampleur du développement et du boom économique enregistrés entre 2015 et 2021 dans ces zones, jusqu’alors désertées par les affaires. Pour eux, le gigantesque potentiel qui s’ouvre au sud aura des retombées positives qui s’étendent au-delà de la région.
Pour les responsables, le développement dans les provinces du Sud s’accélère grâce au rythme, au nombre et à la qualité des projets lancés ou réalisés, avec une attention particulière de la SM. MohammedVI au développement du Sahara marocain. Les réalisations et les initiatives que cette région a menées pour soutenir la vision royale de développement transforment complètement la région. Aujourd’hui, comme l’ont constaté plusieurs acteurs et organisations internationales, la dynamique de renouveau dans les régions du sud est une réalité, et le monde ne peut que constater les efforts remarquables que le Maroc a déployés pour y mettre en œuvre d’importantes initiatives socio-économiques. Des efforts bien payés qui ouvrent progressivement ces territoires et les relient aux autres régions du Maroc et du continent. Cette dynamique de développement est le choix stratégique du Maroc pour faire de son Sahara un véritable pôle économique d’excellence.
Aujourd’hui, les provinces du sud poursuivent la dynamique de performance socio-économique initiée depuis 2016. Depuis, le Sahara marocain est un chantier à ciel ouvert qui alimente la convoitise des investisseurs locaux et étrangers. Ces territoires sont plus que jamais incités à franchir une nouvelle étape dans leur développement. Pour consolider cette dynamique en cours, la vision de développement de ces zones comprend un grand nombre de projets structurants visant principalement à renforcer les infrastructures et les réseaux, à encourager l’investissement privé, à soutenir les projets liés au développement humain et au développement social, à améliorer les ressources naturelles et à promouvoir la culture. Selon une récente note du ministère de l’Economie et des Finances, plus de 200 projets ont été achevés pour un coût total de 15,17 milliards de dirhams, et 279 projets sont en cours pour un montant de 42,92 milliards de dirhams. Tandis que 216 projets d’une enveloppe de 21,26 milliards de dirhams sont programmés.
Ces secteurs prioritaires épousent les directives du discours royal à l’occasion du 45e anniversaire de la Marche verte, qui a défini les grands axes d’un plan basé sur la réalisation de grands projets de développement, l’établissement d’une complémentarité économique, l’exploitation des énergies renouvelables énergie. l’énergie et la promotion du secteur touristique. Cette zone, qui regorge de ressources et de potentiels, sur terre comme en mer, servira ainsi de pont et de trait d’union entre le Maroc et ses profondeurs africaines.
Du coup, toutes ces provinces deviennent de véritables territoires créateurs de richesses pour occuper la place d’élection qui est la leur dans le nouveau modèle de développement. Cela donne lieu à une accélération très significative des investissements, une opportunité pour le secteur privé marocain mais aussi étranger dans le cadre de partenariats mutuellement bénéfiques.
Il convient de noter que les retombées de cette accélération économique ne profiteront pas seulement aux provinces du sud, mais également à toute la région, grâce à la vision stratégique du Maroc de créer un corridor économique entre la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne. Compte tenu de la profondeur des relations séculaires entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne, l’essor économique que connaissent les provinces du sud contribuera certainement à l’intégration africaine.

Lire Aussi :  Emploi: Repérez les signes d'une culture d'entreprise toxique dès la fiche de poste

Le potentiel de l’économie bleue

Afin d’accélérer le développement économique de ces provinces, des mesures ont été prises pour développer d’abord et avant tout une véritable économie maritime sur ces territoires. Le dessalement de l’eau de mer et l’utilisation d’énergies renouvelables issues d’éoliennes ou d’hydroliennes sont, par exemple, des secteurs à fort potentiel. Parallèlement, le secteur de la pêche maritime gagnerait à être promu compte tenu de son rôle dans la satisfaction des besoins nationaux, de sa contribution aux exportations et de son poids dans le développement de l’économie de la région. Quant au secteur du tourisme, il est nécessaire d’insuffler un nouveau dynamisme pour qu’il devienne un levier stratégique au service de la relance du secteur touristique dans la région et s’affirmer comme une véritable destination de tourisme en bord de mer.

Lire Aussi :  Le Grand Défi des entreprises pour la planète fait étape à Montpellier

Se concentrer

L’attractivité des provinces du sud fait consensus

A l’origine de cette révolution, le « Plan de Développement des Provinces du Sud » était doté d’une enveloppe de plus de 80 milliards de DH. Plusieurs forums d’affaires ont eu lieu dans les principales villes de la région, notamment Laâyoune, Dakhla et Guelmim. Les investisseurs étrangers sont attirés par le potentiel de ces provinces et par les atouts économiques d’une région très riche. Il existe de belles opportunités d’affaires dans la construction, l’industrie, la pêche, l’agriculture ou l’offshoring, le tourisme, les énergies renouvelables, etc. En raison du statut particulier du territoire, le régime fiscal préférentiel est également un atout majeur pour les investisseurs nationaux et étrangers.
Le directoire, les collectivités locales, les établissements publics habilités et les CRI élaborent des plans d’action et des initiatives pour le développement des investissements directs étrangers, des investissements nationaux et des exportations. Dans leurs arguments, ces responsables mettent en avant l’attractivité de ce territoire, situé aux portes de l’Afrique au sud du Sahara, et les opportunités à saisir dans les secteurs porteurs.

Lire Aussi :  L'Allemagne veut renforcer les règles des entreprises très exposées à la Chine, selon un document

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button