Situation politique au Burkina Faso : le capitaine Ibrahim Traoré aux allures du capitaine feu Thomas Sankara? – Burkina Faso – Burkina Faso

Le 24 janvier 2022, le président démocratiquement élu en 2015 et 2020, Rock Marc Christian KABORE, accusé d’incapacité devant les attentats terroristes, est renversé par des militaires conduits par le lieutenant-colonel Damiba Paul-Henri Sandaogo, accompagné du Conseil constitutionnel.

Huit mois plus tard, la situation sécuritaire n’a pas changé. En moins de neuf mois, un second coup d’État se produit. Le 30 septembre 2022, le lieutenant-colonel Damibo a été démis de ses fonctions par son jeune frère d’armes, le capitaine Ibrahim Traoré, pour avoir « remodelé la transition ». Notre idéal commun initial a été trahi par notre chef, en qui nous avions pleinement confiance. Loin de libérer les territoires occupés alors que des zones pacifiques sont passées sous le contrôle de terroristes », a déclaré le capitaine de 34 ans. Jusqu’à la date de sa prise de fonction, Ibrahim Traoré était le commandant du régiment d’artillerie de Kaya, la capitale de la région du centre-nord, une zone à forts enjeux sécuritaires, située à une centaine de kilomètres de la capitale Ouagadougou.

« Ibrahim Traoré, le nouveau Sankara de la jeunesse burkinabé ? »

C’est le moins que l’on puisse dire du plus jeune chef d’Etat du monde, si l’on en croit les déclarations de l’ancien président révolutionnaire Thomas Sankara, assassiné en 1987.

Pour preuve, dès le 1er octobre 2022, au lendemain de son coup d’État, le capitaine, déjà surnommé « IB », a annulé le couvre-feu par voie de presse et invité « le brave peuple du Burkina Faso à une veillée patriotique, pleine mobilisation et résistance constante aux forces de l’obscurantisme.Un appel suivi par la jeunesse burkinabé en foule dans les rues de Ouagadougou, où le mécontentement contre la présence française grandit.

Lire Aussi :  Le pôle nord magnétique de la Terre accélère vers la Sibérie, une première !

En tant que président du Burkina Faso, nommé à l’issue d’assemblées nationales, il a prêté serment le 21 octobre 2022 dans une petite salle du Conseil constitutionnel en l’absence du corps diplomatique et des journalistes. Le soir même, il nomme l’avocat Apollinaire Premier ministre
Joachim Kyelem de Tambela, le successeur de l’ancienne icône révolutionnaire Thomas Sankara.

Le lendemain, le jeune capitaine a déposé une gerbe à la mémoire de son prédécesseur au monument Thomas Sankara à l’occasion du 35e anniversaire de l’assassinat du père de la révolution burkinabé. A cette occasion, il reçoit le « Flambeau de la Révolution » des mains de Thomas Sankara.

Quant à la coopération bilatérale, “je sais que la France ne peut pas s’immiscer directement dans nos affaires”, a déclaré Ibrahim Traoré, ajoutant que “les Américains sont désormais nos partenaires, mais nous pouvons aussi avoir la Russie comme partenaire”.

Pour asseoir sa légitimité et sa popularité, le président du pays des hommes intègres a entamé une série de rencontres avec les forces vives de la nation. Un trait commun à tous ses échanges, la vérité et rien que la vérité.

Vérités “IB” à la classe politique et aux organisations de la société civile

Face à la classe politique et aux organisations de la société civile, le capitaine Traoré a craché ses “vérités”. “Chacun doit prendre ses responsabilités et faire un mea culpa à son niveau” et se demander “qu’est-ce que j’apporte à ce pays ?” » il a frappé en bombardant les maux qui minent la nation burkinabè à l’épreuve du terrorisme. Il affirmera également que “beaucoup ignorent la situation dans laquelle se trouve le pays”, critiquant le comportement apathique des Burkinabés dans les grandes villes comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Selon lui, le déclin dans lequel se trouve le pays des honnêtes gens est le résultat de la mauvaise gouvernance, de la négligence de la classe politique, de la société civile, de l’armée elle-même et de la société dans son ensemble. « Est-ce que tout le monde se rend compte que le pays est presque perdu ? », a demandé le président, avant de répondre que « en tant que militaires, nous sommes conscients de notre responsabilité, … l’armée s’est politisée, elle a même abandonné sa base ».

Lire Aussi :  la science explique pourquoi » La TV en Direct

Pour Ibrahim Traoré, les petits calculs doivent s’arrêter et laisser place à un élan patriotique afin de sortir le Burkina Faso de l’impasse sécuritaire dans laquelle se trouve le pays.

Recruter 50 000 volontaires de la défense intérieure (VDP)

Pour lutter contre l’hydre terroriste dans son pays, le 17 octobre 2022, le ministère de la Défense a annoncé un recrutement massif de 3 000 militaires.
La Brigade Intelligence-Défense Intérieure (BVDP) a entamé le recrutement de 15 000 Volontaires de Défense Intérieure (VDP), qui seront déployés au Centre National de Lutte contre le Terrorisme après formation, et d’autre part, 35 000 autres Volontaires de Défense Intérieure. dont la mission sera de protéger les municipalités.

Aux dernières nouvelles, dans un communiqué diffusé le jeudi 24 novembre 2022, la Brigade de la Garde et de la Défense patriotiques (BVDP) a indiqué avoir enregistré plus de quatre-vingt-dix mille (90 000) candidats pour le recrutement de 50 000 volontaires. patrie, 40 000 de plus que nécessaire.

Lire Aussi :  Jacques Attali : "L'école est menacée par un tsunami numérique qui remet en cause sa légitimité"

Le capitaine Ibrahim Traoré, qui s’est engagé à améliorer la situation sécuritaire dans son pays dès son arrivée au pouvoir, a effectué un voyage d’amitié et de travail au Mali le 2 novembre. Lui et son homologue malien, Assimi Goïta, ont évoqué le renforcement de la coopération bilatérale et la combinaison des moyens de combat entre les deux pays, en proie aux attaques jihadistes depuis plusieurs années.

Dernier signal fort du jeune capitaine Traoré, il garde son salaire de capitaine alors qu’il est chef de l’Etat, contrairement à son prédécesseur, le lieutenant-colonel Damiba, qui a augmenté son salaire et le salaire des membres du gouvernement malgré la sécurité. contexte et la situation économique difficile du pays. Selon le porte-parole du gouvernement, la décision de ce capitaine vise à montrer “l’esprit de sacrifice qui doit habiter chacun des Burkinabè” dans le contexte de la crise sécuritaire sans précédent que traverse le pays, a expliqué en substance Jean-Emmanuel Ouédraogo lors de la sortie du Conseil des ministres du 16 novembre 2022.

A 34 ans, comme le capitaine Thomas Sankara lors de sa prise de fonction, le capitaine Ibrahim Traoré redonne espoir à la population majoritairement jeune des Burkinabè. “Je me battrai pour ma nation jusqu’à mon dernier souffle”, a-t-il déclaré. Et de conclure “Tout est urgent au Burkina Faso, il faut aller vite” pour “faire en trois mois ce qu’on devrait faire d’ici la fin de l’année”.

Emmanuel LANKOANDE

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez nous soutenir avec un don ponctuel ou mensuel en cliquant ici.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button