Premier abandon pour Marini en 40 courses !

S’il se fait discret depuis son arrivée en MotoGP, Luca Marini progresse encore et monte en puissance depuis plusieurs GP. En 12 courses depuis le GP de France, où il a terminé dans le top 10 pour la première fois cette saison, l’Italien y a toujours terminé, hormis Assen (17e), Silverstone (12e) et Buriram, où il a franchi la ligne d’arrivée. . 23e après l’accident.

Si Marini éclipse légèrement la performance de son coéquipier Marco Bezzecchi, auteur d’un podium et de trois top cinq en plus de la pole position, il reste devant lui au championnat grâce à son excellente régularité. La #10 chute vraiment très peu et son erreur en Thaïlande ne l’a pas empêché de repartir et de voir le drapeau à damier, ajoutant un peu à sa série de courses terminées.

Cependant, cela a pris fin au GP de Malaisie, et après avoir vu 40 courses arriver, il a été contraint à l’abandon à la fin du premier tour en raison d’un blocage de son système de dispositif de perforation.

Lire Aussi :  Exploitation des fonds marins : députés et ONG demandent à la France de s'engager pour un moratoire

“Tout s’est passé, comme toujours, je ne l’ai pas senti [au départ]”il expliqua. “Ça s’est coincé. Peut-être qu’un petit truc à propos de la saleté, des pneus ou du sol avant d’entrer dans le premier virage a gêné, je ne sais pas, mais c’était impossible de récupérer la fourche.”

“Dans le premier virage, je ne l’ai pas senti parce que tout le monde était très lent, mais dans le virage 3, je l’ai fait parce que ça allait très vite et j’avais l’impression que la fourche était coincée. J’ai su très vite que c’était le problème, alors j’ai essayé de éviter tout contact ou quelque chose de similaire pour se rendre à l’arrêt au stand.”

Luca Marini

Lire Aussi :  McNulty : «Je vais me concentrer sur les courses d'une semaine»

Luca Marini

Il faut remonter au Grand Prix d’Aragon 2020, alors qu’il courait encore en Moto2, pour trouver l’abandon définitif de Marini, véritable métronome en course. Même si Sepang n’était pas son truc et qu’il sentait qu’il pouvait obtenir un autre bon résultat à partir de la sixième place, il a préféré prendre les choses avec philosophie.

“Nous avons beaucoup d’équipement, des choses sur la moto et cela fait partie du jeu. Marco avait un rythme plus fort que moi aujourd’hui et tout le week-end, donc je pense que j’aurais pu me battre pour la cinquième place. Regardez Miller, il était dernier ou presque dans le premier tour et je suis revenu beaucoup. Je pense que cette cinquième ou sixième place était dans notre ligne. Nous tournons la page, comme je l’ai dit, cela fait partie du jeu. Aujourd’hui, la technologie est incroyable sur nos vélos, donc cela peut arriver.”

Ce n’est pas la première fois qu’un pilote a des problèmes avec ses appareils de perforation cette saison, et beaucoup se sont prononcés publiquement contre leur utilisation. L’avis d’un représentant de VR46, qui sait pourtant que son avis n’a pas de poids.

Lire Aussi :  MotoGP : Yamaha veut un team satellite après 2023 ? Il n’y a qu’une seule option possible et voici laquelle

“J’aimerais quelque chose qui rende le vélo plus difficile à piloter et enlève tout ça parce que vous n’en avez pas besoin. Je ne pense pas que les performances soient meilleures avec eux, mais cela fait partie du développement et de la technologie. chaque année.. Je pense qu’on peut faire de bonnes courses sans tout ça, mais non [moi qui décide]. Si les fabricants et Dorna veulent faire cela, il est difficile de prendre position.”

Lire aussi :

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button