Planet Bourgogne, le spécialiste des solutions numériques pour les entreprises, affiche une belle croissance

L’entreprise Planète Bourgogne
est né dans la métropole dijonnaise avec l’arrivée de l’Internet grand public, à une époque où les connexions nécessitaient l’utilisation d’un modem et avant même la naissance du wanadoo. La technique a évidemment évolué depuis, et Planète Bourgogne aussi. Avec un chiffre d’affaires en croissance constante dépassant les deux millions d’euros et un effectif en croissance, ce spécialiste du digital pour les entreprises se porte bien. Le vendredi 2 décembre, Planet Bourgogne participera au tout premier DevFest organisé à Dijon. Interview avec David Juras, son responsable du développement logiciel.

Logo France bleu

Chargement

David Juras, responsable du développement logiciel chez Planet Bourgogne
©Radio France

Christophe Tourné

France Bleu Bourgogne : La Planète Bourgogne, c’est quoi ?

David Juras : C’est une entreprise numérique qui existe depuis 1995. Nous avons déjà dépassé notre quart de siècle. Nous avons trois activités principales, l’hébergement, c’est-à-dire les centres de données, l’infogérance, qui est une activité complémentaire à l’hébergement, et le développement logiciel. Il existe de nombreuses entreprises qui ont besoin d’un site Web “vitrine” qui ont besoin d’une boutique e-commerce. Nous pourrons nous positionner sur des solutions standards du marché, où nous apporterons quelques ajustements aux besoins du client. Mais nous savons aussi travailler avec des logiciels complètement personnalisés et sur des solutions beaucoup plus complexes qui impactent réellement le système d’information et les processus métiers de tous nos clients.

Lire Aussi :  Economie solidaire. La "Gonette", la monnaie locale lyonnaise fête ses sept ans d'existence

La technologie évolue très rapidement. Est-ce à dire qu’il faut toujours anticiper les changements futurs ?

C’est un marché qui évolue très vite, car les besoins de nos clients évoluent très, très vite, et il faut absolument pouvoir répondre technologiquement et être toujours prêt pour la prochaine évolution du marché.

Lire Aussi :  “Les grèves mettent en danger une économie exsangue, qui risque de basculer dans le chaos social”

Comment vous démarquez-vous ?

Par notre approche “sur-mesure”, tant à l’activité de développement logiciel qu’à notre activité d’hébergement et d’infogérance, et par notre accompagnement et notre proximité également avec nos clients. Nous en avons beaucoup avec qui nous travaillons depuis cinq, dix, quinze, voire vingt ans sans interruption, car nous avons cette proximité, nous avons cette compréhension de leur métier, de leurs problématiques et de leurs besoins, et cette capacité à leur apporter des solutions pertinentes. C’est même notre plus grande fierté que Planète Bourgogne puisse avoir cet accompagnement dans la durée et dans la continuité.

L’un des fléaux en ce moment est les attaques informatiques et les piratages. Cela demande-t-il beaucoup de travail de votre part ?

C’est un gros travail pour toute la profession. C’est aussi, je pense, un excellent travail de la part de nos clients. Nous mettons en place toutes les mesures nécessaires, que ce soit dans les logiciels que nous pouvons produire pour eux ou dans les systèmes de plate-forme logicielle que nous pouvons héberger en sous-traitance. Mais il y a aussi une partie importante qui consiste à apprendre ou à mieux comprendre les clients et les techniques de piratage. Il y a beaucoup de piratage et surtout de piratage social. On parle beaucoup de phishing, de ransomware et toutes ces choses passent très souvent par un problème humain à la base.

Lire Aussi :  Liberté économique : l'Algérie dans la « zone rouge » (étude)

Qui sont vos clients ?

Nous avons à la fois des entreprises et des collectivités locales. Et au niveau des entreprises on peut avoir des TPE, des PME ainsi que des petits ou grands comptes sur le marché national.

Le logo Planète Bourgogne


Planète Bourgogne

La crise énergétique ? Même pas peur !

Comme toutes les entreprises, Planète Bourgogne surveille de près l’augmentation du prix de l’électricité, qui se répercute forcément sur le rendement, d’autant qu’il est impossible d’éteindre les ordinateurs lorsqu’ils sont des outils de travail, mais le problème est ailleurs. Aujourd’hui, ce sont surtout les menaces répétées de coupures de courant en cas de consommation excessive en France qui peuvent poser le plus de problèmes, notamment pour les serveurs où sont stockées les données des clients. Mais là encore l’inquiétude est très modérée, car tout est prévu pour assurer la continuité du service, explique David Juras.

« Au niveau du développement proprement dit ou de l’externalisation, je dirais que nous sommes un peu comme n’importe quelle entreprise. C’est plutôt côté hébergement que la situation est un peu différente. Et en fait il faut être très prudent. sur les contrats “énergie” négociés sur le long terme. Pour l’instant la situation est sous contrôle. Nous ne savons pas ce qui se passera dans 6, 12, 18 ou 24 mois. Mais en termes de continuité de service pour nos clients, même en En cas de coupure de courant, nous savons que nous, dans nos centres de données, sommes en mesure de prendre le relais grâce à des alimentations secondaires, comme des groupes électrogènes. Cela n’aura aucun impact. sécurise l’ossature de l’entreprise.

Un centre de données – image d’illustration
©Radio France

Thierry Collin

La toute première DevFest à Dijon

Planet Bourgogne participe au premier Dijon DevFest
organisé après discussions avec Google par le Developers Group Dijon. C’est une association créée à l’initiative de Dijon Métropole et d’un collectif d’entreprises du numérique comme Planète Bourgogne.

Ce premier grand rendez-vous propose une dizaine de conférences et d’échanges entre développeurs au cours de la journée du vendredi 2 décembre, dans les locaux de l’ENSIREM sur le campus universitaire.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button