nouveau coup de chaud en France, vers un mois d’octobre record

Après un été déjà extrême en termes de température, octobre 2022 sera “sans aucun doute un mois record en termes de chaleur”a annoncé ce mardi à l’AFP Christine Berne, climatologue à Météo-France prévoyait une température moyenne sur le mois attendue entre 16,8 et 17,3 degrés. “C’est aussi plus élevé que le précédent record établi en octobre 2001 avec 16,3 degrés”fit-elle remarquer.

Logo bleu français

Dans leur rival privé Channel Weather, les prévisionnistes prévoient également qu’octobre “sera la plus chaude jamais enregistrée en France depuis 1945”. cette “De fortes conditions anormales persisteront jusqu’à la fin du mois, avec une augmentation moyenne de +3,7 degrés par rapport à la normale” l’hiver, précise Pascal Scaviner, responsable du service de prévision à La Chaîne Météo. Le précédent record date de 2006 (+2,37 degrés) et 2001 (+2,69). Cette semaine arrive encore”étonnante” : le pic de chaleur est attendu jeudi avec la température moyenne est de 28-30 degrés prévue en Occident.

Mercure a paniqué

Depuis plusieurs jours, le mercure s’affole dans le sud du pays. Dimanche à Figari (Corse), il affichait 32,5 degrés, niveau non atteint depuis 2006. “Et encore une fois, le record précédent était le 3 octobre et non le 23 ! Habituellement à partir de la mi-octobre la température commence à baisser et là, au contraire”, Christine Berne. Pascal Scaviner remarque également une “Accentuation depuis le 16 octobre : au début du mois, la température était supérieure de 2,56 degrés à la normale, mais depuis le 16 octobre, nous sommes à +5 degrés”. Bien qu’il ne soit pas nécessairement rare de voir un “Le pic de chaleur soudain, qui dure trois ou quatre jours” à ce stade, c’est “La persistance de cet épisode est douce” déconcertant, souligne Météo-France.

Mardi, Aix-en-Provence a déjà enregistré son record mensuel du nombre de journées chaudes (16 contre 13 en octobre 2004), ainsi que Perpignan (14 jours avec un thermomètre supérieur à 25 degrés, contre 13 en 2014 et 1942).

En Alsace, il atteindra 25 degrés vendredi, montre French Bleu Alsace
. “Les températures seront de 5 à 10 degrés au-dessus de la normale pour la saison. selon Argan Purcell, prévisionniste à Météo-France.

“Nuit Tropicale”

Dans certaines villes du sud, le thermomètre ne baisse pas franchement quand le soleil se couche. Le 23 octobre, Gaétan Heymes, prévisionniste à Météo-France, faisait état sur Twitter de “nuits tropicales” (_les températures ne sont pas descendues en dessous de 20 degrés) dans plusieurs villes du Sud-Est, comme Marignane (21,9 degrés), Arles (20,7) ou Montpellier (20,5). La tendance s’est poursuivie cette semaine. A Toulouse, Mercure ne descend jamais en dessous de 20 degrés depuis le début du mois. Résultat : les terrasses sont toujours pleines et les moustiques sont toujours là.

Des conditions agréables pour les vacances de la Toussaint : dans les Pyrénées-Orientales, les plages sont pleines, et dans les Landes la foule c’est comme cinq villes. a prolongé la surveillance de la plage jusqu’à dimanche
, comme le rapporte France Bleu Gascogne. “Des réflexions sont en cours pour savoir si nous maintenons le matériel en place pour la deuxième semaine des vacances scolaires en fonction des prévisions météo annoncées.selon Julien Lalanne, responsable de la surveillance des plages à Hossegor joint par l’AFP, où l’eau est encore à 19 degrés.

“Nous sommes clairement dans une frénésie”

Du côté des climatologues, c’est plutôt une inquiétude qui domine. “Cette année, on est clairement en émoi. Hormis une petite période en septembre, on assiste depuis avril à des mois particulièrement chauds non-stop. On a l’impression que l’atmosphère a de plus en plus de mal à se rafraîchir.”, analyse Christine Berne de Météo-France. Quelle est la cause? Un phénomène conjoncturel, un coup de vent venu d’Afrique, couplé à l’effet du changement climatique.

“Sans réchauffement climatique” causés par les gaz à effet de serre émis par l’homme, “Nous n’aurons pas des températures aussi chaudes, les dérèglements climatiques contribuent à des phénomènes extrêmes plus fréquents et plus sévères, donc plus tôt et plus tard”, a-t-elle souligné. Avec une telle chaleur “La possibilité de compenser le fort déficit pluviométrique depuis le début de l’année est faible, donc la sécheresse de surface va encore augmenter”attention pour sa part Pascal Scaviner.

Source

Lire Aussi :  un homme de 30 ans mis en examen

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button