L’OL s’incline devant Strasbourg pour la première sous les yeux de John Textor

Match : 1-2

Dès le premier match de l’OL sous les yeux de John Textor, le nouveau propriétaire a eu un large aperçu de son nouvel empire. Son équipe a du potentiel et les joueurs de Laurent Blanc avaient fait ce qu’il fallait en début de rencontre pour offrir à leur patron un baptême réussi. Intensité, intentions, talent. Sans lui, Lyon ne se serait pas créé autant d’occasions lors d’une soirée rythmée et passionnante.

Impossible de tous les lister même, de la première reprise de Toko Ekambi de justesse (6e) à l’extraordinaire parade de Selsi sur sa ligne après une reprise fulgurante de Lacazette (87e). Le tir de Tolisso (11e), le duel perdu de Cherki face à Selsi (13e), une reprise de Tagliafico sauvée par le gardien strasbourgeois (45e+6), les tentatives de Toko Ekambi (53e), Cherki puis Lacazette serrés (55e)) et encore ex -Mitrailleur (74e).

Lire Aussi :  Min Woo Lee : « Je ne sais pas pourquoi je suis dans une telle forme »

Mais l’OL 2022-2023, c’est aussi un manque de confiance en soi, de justesse, de régularité, qui prend parfois la forme d’une fièvre étonnante. Alors qu’ils dominaient les débats, les Rhodaniens se sont retrouvés à deux buts de retard en trois minutes. Sur un corner de Prcic, que Toko Ekambi repoussait au premier poteau, la volée d’Aholou traversait toute la surface et Lopes ne pouvait que toucher du bout des doigts (1-0, 29e).

Encore plus exaspérant était que dans la situation de Lyon, Sels a lancé une contre-attaque à longue portée, où Lukeba s’est retrouvé. Gameiro a récupéré et volé le ballon. Gusto était impliqué, mais perdait l’équilibre et Diallo, lui aussi au sol, prenait les commandes en deux temps (2-0, 32e). Cela a bien payé, mais les Alsaciens n’avaient rien volé et ont dû composer avec la sortie précoce du capitaine Liénard (14e) puis de Bellegarde (27e).

Lire Aussi :  Ligue 1 -Après la défaite à Lens (3-1), Galtier et le PSG tombent de haut : "J'ai eu du mal à reconnaître mon équipe"

L’OL a eu le mérite de ne pas baisser les bras malgré ce mauvais sort. Il a réduit l’écart juste avant la pause lorsque Sissoko a sifflé un penalty pour une main à l’entrée de la surface et que Lacazette a complété (2-1, 45.+2). Mais il a une nouvelle fois raté, et la huitième place de L1 reste loin de places plus conformes à ses ambitions et désormais à la portée de ses poursuivants au classement. Au coup de sifflet final, les ultras de Lyon sont venus agacer et rappeler que la nouvelle ère Textor devait marquer une rupture. L’homme d’affaires américain doit apprendre la patience et il a su mesurer le travail qui l’attendait. Grâce au deuxième succès de cette saison dans la série L1, Strasbourg, en revanche, sort de la zone rouge et se fournit de l’oxygène.

Joueur : Habib Diallo confirme

Habib Diallo a marqué 11 buts en L1 sous un maillot strasbourgeois la saison dernière (9 en 2020-21) et s’avère être l’une des principales armes que le Racing espère conserver. Le Sénégalais a signé son 8e but de la saison déjà samedi à Lyon, lui donnant une sérieuse chance de battre son record personnel (12 buts avec Metz en 2019-2020). Dans une rencontre qu’ils ont largement maîtrisée, les Alsaciens se sont montrés très dangereux dans la plupart de leurs situations, jouant bien en transition et se créant la quasi-totalité de leurs occasions. Le reste du temps, ils ont apporté leur côté défensif et diffusé un état d’esprit unifié.

Lire Aussi :  La fièvre malgré tout pour le retour des Bleus en France

43

Cela fait 43 ans que Strasbourg a battu Lyon, l’adversaire contre lequel il a encaissé le plus de défaites dans l’histoire de la première division (46 défaites). Il a fallu remonter au 24 août 1979 pour retrouver trace du succès de l’Alsacien dans le Rhône (2-0).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button