Les investissements tentaculaires des écoles privées sur le marché de l’immobilier

En bord de Seine à Suresnes (Hauts-de-Seine), à ​​quelques minutes de Paris la Défense, Skema Business School a installé son campus Ile-de-France. Le bâtiment et sa terrasse de 1 500 m² font face au lac verdoyant du Bois de Boulogne et à la tour Gustave Eiffel. Les élèves traversant le labyrinthe de verre et de métal s’accordent en quelques mots : C’est bien”. “C’est une Ferrari sur le campus”, ajoute, satisfait, Allal, 23 ans, étudiant en master d’audit et contrôle de gestion. Au début du XXe siècle, site percé au sol et usine aéronautique de l’industriel Louis Blériot. Moderne et pétillant, le lieu accueille désormais 2 500 étudiants de la région Ile-de-France.

Lire Aussi :  Trélissac et Bergerac ont frôlé l'exploit en Coupe de France

Cette construction de 15.000 mètres carrés à 100 millions d’euros – en partie financée par des emprunts sur vingt ans – symbolise la bonne santé de l’école de commerce, soulignée par une étude publiée en octobre par CBRE, groupe de conseil en immobilier d’entreprise. . Marginale il y a encore quelques années, la part de l’enseignement supérieur atteint désormais 12 % des grandes transactions immobilières (en volume d’affaires) en Ile-de-France et 30 % en Région.

C’est la démographie qui explique la montée en puissance des projets immobiliers des établissements d’enseignement supérieur privés. Le taux de natalité élevé de la France entre 2000 et 2015 se traduit chaque année par un flux important d’étudiants, un phénomène qui devrait durer jusqu’en 2025, au moins. Si l’université absorbe le plus de nouveaux diplômés, c’est dans l’enseignement privé que la progression est la plus forte. En vingt ans, les effectifs des élèves dans ces établissements ont doublé, alors qu’ils n’ont augmenté que de 17 % dans l’enseignement général. Et depuis 2017, la croissance est encore plus rapide, avec une augmentation des effectifs d’environ 7% par an. La filière regroupait 592.600 étudiants à la rentrée 2020, selon les données du ministère de l’Enseignement supérieur.

Lire Aussi :  Un papy se présente aux urgences avec un obus dans l’anus à Toulon: l’hôpital partiellement évacué

Une demande qui ne faiblit pas

L’essor de la mobilité internationale indique également une manne de nouveaux clients pour les écoles. En 2020, plus de 370 000 étudiants étrangers ont choisi les établissements français pour poursuivre leurs études, soit une augmentation de 23 % en cinq ans, selon Campus France. Pour s’adapter à ce flux, “Il y a un besoin croissant de bâtiments spéciaux pour l’enseignement privé, avec des sites plus grands et modulables pour optimiser l’espace”observe Thierry Molton, directeur des actifs immobiliers tertiaires du groupe immobilier La Française Real Estate Manager.

Lire Aussi :  Île-de-France Mobilités peine à trouver des transporteurs pour les accrédités

Il vous reste 72,63% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button