les étudiants qui ont donné l’alerte avant l’effondrement d’un immeuble à Lille témoignent

Au micro de BFMTV, Thibault, Constantin et Gaspard, trois étudiants qui ont été autorisés à évacuer l’immeuble rue Pierre Mauroy à Lille avant son effondrement samedi, racontent leur nuit.

Thibault Lemay, Constantin Honoré et Gaspard Torris. Ce sont les noms des trois héros de la capitale des Flandres. Dans la nuit de vendredi à samedi, trois colocataires ont alerté les pompiers de Lille pour évacuer leur immeuble qui s’est effondré quelques heures plus tard, au matin du 12 novembre.

Leur geste, qui a sauvé des vies, a été salué par tous les responsables politiques. Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, a estimé sur BFMTV que Thibault Lemay “mérite d’être accueilli par la République”.

“J’ai vu que le mur était fissuré”

Il s’agit d’un étudiant de 22 ans qui, à trois heures du matin, s’est rendu compte du danger sur le chemin du retour. “Quand j’ai franchi la porte d’entrée, j’ai vu que le mur était fissuré”, a-t-il raconté au micro de BFMTV.

“Puis je suis passé par la deuxième porte et j’ai vu que tout le côté du mur était complètement bombé.” Il n’avait “jamais vu ça auparavant” et était inquiet.

“Je suis monté rapidement voir mon colocataire”, raconte Thibault. Mais une fois sur le palier, “je me suis rendu compte que je ne pouvais même pas ouvrir la porte d’entrée”.

Lire Aussi :  Communiqué conjoint à l’issue de la visite en France du Premier ministre de la République d’Irak, Mohammed Chia AL-SOUDANI.

“Le bâtiment avait tellement bougé que le chambranle de la porte a été forcé et nous n’avons pas pu l’ouvrir”, a déclaré Thibault. A l’intérieur, Constantin et Gaspard regardent un film. Les deux garçons sont revenus vers 23 heures et n’avaient rien vu de suspect dans leur immeuble.

Lire Aussi :  Évolution de la situation sanitaire par région en France ce jeudi 27 octobre 2022

“Ça revient toujours en arrière”

C’est Constantin, “par effet de levier” qui réussit à ouvrir la porte et à faire entrer Thibault dans l’appartement. Trois étudiants font le point sur la situation, constatent les dégâts. En quelques instants, ils ont appelé le propriétaire, puis les pompiers.

“Je viens de décrire rapidement les dégâts, et je pense qu’en cinq ou dix minutes, ils étaient là”, a expliqué Constantin.

“Ce qui nous pressait à ce moment-là, c’est que le mur était ouvert. Mais il n’arrêtait pas de reculer, il y avait de la poussière qui sortait du mur, on entendait les débris continuer à tomber”, poursuit le jeune homme.

Tous les occupants du bâtiment ont été évacués. L’immeuble voisin au 42 rue Pierre Mauroy ne le sera pas. Les secouristes retrouveront dans la nuit de samedi à dimanche le corps de la victime sous les décombres.

Lire Aussi :  France : Nouveau surcoût pour les électro-intensifs, alerte l'Uniden

Évacuez rapidement

Lorsqu’ils ont évacué, les trois étudiants n’ont pris que leurs sacs et ont dormi avec leurs parents. C’est samedi en fin de matinée qu’ils ont appris que leur immeuble s’était effondré.

“A 10h30, j’ai désactivé le mode avion sur mon téléphone et là j’ai vu des messages terrifiants de nombreuses personnes me demandant si j’étais en vie”, raconte Gaspard.

“Au début, on n’y croyait pas vraiment. (…) Il semblait complètement inconcevable que le bâtiment puisse s’effondrer”, a-t-il dit.

Les jeunes hommes commençaient tout juste à réaliser qu’ils se comportaient parfaitement. “On a des voisins qui veulent vraiment nous acheter de la bière, donc c’est vraiment cool”, glisse Thibault.

Célia Giusfredi et Valentin Rivollier, et Ariel Guez

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button