Le Grand Défi des entreprises pour la planète fait étape à Montpellier

Face à l’urgence environnementale, ce collectif de chefs d’entreprise s’est donné six mois pour élaborer 100 propositions visant à accélérer la transformation écologique de l’économie et des entreprises. Il s’est réuni à Montpellier les 17, 18 et 19 novembre.

“Actives dans tous les secteurs et présentes sur tous les territoires, les entreprises sont un élément essentiel de la lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité” explique Jérôme Cohen, fondateur d’Engage, dont l’ambition est d’aider les citoyens et les organisations à relever les grands défis environnementaux et sociaux du 21ème siècle, d’où cette initiative inédite.

Loin de la politique et loin des débats politiques partisans, Grand Défi s’est fixé pour objectif de formuler et de mettre en œuvre 100 propositions “ambitieux, réaliste et vérifiable” pour accélérer la transformation écologique de l’économie et des entreprises.

A lire aussi :
Contamination de la friche ExxonMobil à Frontignan : un vaste chantier de réhabilitation démarre

Lire Aussi :  CARTE. Où se trouvent les gisements de lithium en France ?

Pour y parvenir, 150 entreprises ont été sélectionnées au hasard. Après quatre sessions organisées dans différentes villes de France depuis juin 2022, leurs représentants font escale ces jours-ci à Montpellier, dans la cité de l’économie et de l’emploi du futur, avant un ultime rendez-vous prévu mi-décembre à Paris. , où seront publiés les résultats de leurs travaux.

Trois entreprises locales tirées au sort

Parmi les entreprises participantes, trois sont basées en Occitanie : Nicollin Group, Simpliciti et Andros. “J’ai reçu un mail en mars, deux mois après mon adhésion, disant que l’entreprise avait été tirée au sort”, explique Caroline Catalan, Directrice RSE du Groupe Nicollin. Depuis, elle enchaîne allègrement les tâches. “Tous les participants viennent d’horizons différents, avec une sensibilité plus ou moins prononcée au sujet de la transition écologique. Certains travaillent dans des PME, d’autres dans de grands groupes, comme moi. Ce Grand Challenge est une belle initiative collective, un incroyable incubateur d’idées. Nous travailler dans une atmosphère constructive. Je n’avais jamais connu une dynamique de cette ampleur.”.

Lire Aussi :  Pour préserver la nature, la solution c’est… la nature !

Outre les réunions plénières, les chefs d’entreprise sont répartis en groupes de travail thématiques, tels que celle dédiée au management, pour réfléchir à la manière dont la vie de l’entreprise peut être réorganisée à tous les niveaux autour des enjeux liés au climat. et biodiversité; ou celui dédié au financement, dont Caroline Catalan fait partie. “Nous réfléchissons aux moyens possibles de financer la transition et les investissements nécessaires dans ce domaine”.

De la parole à l’action, sur le territoire

“Dans chaque projet il y a un tournant. Le moment où l’on sent l’énergie se cristalliser, le moment où les différentes pièces du puzzle se mettent en place, le moment où la vision devient claire. c’est !” s’enthousiasme Jérôme Cohen.

Encore faudra-t-il que ces belles idées, susceptibles de mieux protéger notre planète du dérèglement climatique et de l’effondrement de la biodiversité, ne restent pas lettres mortes. A l’issue de cette phase de délibération, les propositions retenues par les délégués du Grand Challenge doivent être diffusées par les partenaires de l’opération, dans le domaine économique et académique et auprès des instances politiques françaises et européennes.

Lire Aussi :  Emploi : Mayotte dispose enfin d’une entreprise adaptée pour les personnes en situation de handicap

“Chacun de nous devra faire connaître les 100 propositions retenues dans sa région. Et nous essaierons d’en mettre en œuvre certaines dans notre propre entreprise en amenant avec nous tout un écosystème d’acteurs locaux, c’est-à-dire nos fournisseurs, nos clients et nos les partenaires” précise le représentant du groupe Nicollin.

“Ces propositions sont une promesse à nos enfants et la perspective d’un changement pour le mieux” en croira Virginie Raisson-Victor, chercheuse-analyste en relations internationales, géopolitique et avenir, présidente du Giec Pays de la Loire et co-fondatrice de Grand Défi.

www.legaranddefi.org

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button