Le GEL réplique à Transparency International

Dans un communiqué, le Lychee Exporters Group (GEL) dit contester l’ensemble des informations récemment diffusées par Transparency International et indique qu’il se tient prêt à apporter tous les éléments de réponse et d’éclaircissement nécessaires pour clarifier la situation. En effet, l’organisation non gouvernementale Transparency International et son affilié à Madagascar, Transparency International Initiative Madagascar, ont conjointement déposé un rapport auprès du Parquet National Fiscal (PNF) en France et du Centre Anti-Corruption à Madagascar, exhortant les autorités à lancer une enquête. sur d’éventuels actes criminels commis par des entreprises et des individus impliqués dans le commerce du litchi de Madagascar.

Ces demandes d’action en justice sont l’aboutissement de plus de deux ans de travail d’enquête de TI-MG qui a mis au jour des transactions financières suspectes et inexpliquées impliquant, entre autres, la société écran enregistrée à l’île Maurice, The Litchi. Trading Company Ltd », explique Transparency Initiative Madagascar. Elle ajoute que l’ensemble des preuves suscite également des soupçons sur l’existence de flux financiers illicites entre entités du secteur à Madagascar et en France.

Transparency International dénonce la mainmise des exportations malgaches de litchi sans transparence ni responsabilité. À la suite de ses recherches, l’association affirme avoir trouvé des preuves de nombreuses infractions potentielles, notamment la corruption transnationale, les accords illégaux ; l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et la dissimulation de ces crimes. Il regrette que le Groupement des Exportateurs de Litchis, l’association privée que le gouvernement malgache a chargée de gérer la campagne d’exportation du litchi à partir de 20211, ait vraisemblablement accordé à deux entreprises françaises des droits exclusifs d’exportation de litchi de Madagascar vers l’Union européenne entre 2011 et 2021. Par ailleurs, l’association affirme que le secteur perd du terrain depuis plusieurs années. Depuis 2019, le quota d’exportation de 17,5 milliers de tonnes vers l’Union européenne, fixé en 2011 pour maintenir des prix de vente élevés, n’est plus respecté, note l’association. En outre, selon TI-MG, le secteur profite davantage aux exportateurs et aux importateurs du Lychee Exporters Group (GEL) qu’aux producteurs et aux cueilleurs.

Lire Aussi :  ce qu'il faut retenir de la journée du 1er novembre

Alors que Transparency International affirme militer pour mieux gérer ce secteur stratégique pour le pays, le Lychee Exporters Group n’a pas tardé à réagir.

« Il est inconcevable qu’une profession qui a mis tant d’années à se créer et qui lutte encore chaque année pour sa survie dans des conditions particulièrement difficiles et pénibles, qu’une personne, un opérateur ou une organisation puisse utiliser les principes fondamentaux de liberté, de justice ou d’honnêteté comme prétexte pour manipuler l’opinion publique et tenir en otage l’ensemble du secteur afin de contourner les réglementations et les obligations établies, pour satisfaire des désirs ou des intérêts politiques, exclusifs ou individuels, au détriment de la stabilité et de l’avenir de l’ensemble du secteur dont dépend toute la population.– dit le message.

Lire Aussi :  Clôture d’une 13ème édition réussie du Forum International Peace and Sport

GEL explique que l’organisation actuelle de la filière est le fruit d’une réflexion et d’un travail collaboratif de toutes les parties prenantes, après plus de 20 ans d’expérience difficile, où tous les exportateurs se sont retrouvés sans accompagnement et sans structure professionnelle bien définie. se défendre. Selon lui, GEL a par la suite, par le biais d’appels d’offres internationaux, sélectionné les meilleures sociétés importatrices répondant aux exigences des exportateurs, notamment en offrant toutes les garanties financières pour sécuriser les transactions pour l’ensemble de la filière. Il a également sélectionné un partenaire ayant l’expérience nécessaire pour superviser et assurer le bon déroulement des opérations en France, compte tenu du caractère périssable et de la courte saisonnalité du litchi. « C’est dans ce but que le GEL a approuvé un partenariat avec la structure Lychee Trading Company lors de l’Assemblée générale, qui est soutenue par des sociétés importatrices ayant remporté des appels d’offres. , signifie Arrêt sur image. Cette structure assure, selon la GEL, le préfinancement de la campagne et de la logistique, le paiement des cartons d’emballage et des accessoires, l’affrètement des bateaux, les avances aux exportateurs, etc. Ainsi, la GEL dément toutes les allégations de blanchiment d’argent, de corruption et d’ententes. illégal.

Lire Aussi :  Les nouvelles internationales ont marqué les Québécois en 2022 

Dans le même communiqué, la GEL a également souligné qu’elle n’a jamais empêché quiconque d’exporter des litchis de Madagascar, tant que l’opérateur respecte l’organisation de l’exploitation. En termes de volume d’exportation, le groupe indique que des pistes de développement sont explorées pour diversifier les exportations de litchi de Madagascar vers d’autres destinations telles que Dubaï, la Russie, la Malaisie, Mayotte, l’Egypte, etc. “Et si les exportations vers l’Europe se limitent à environ 17 500 tonnes par an, ces nouvelles destinations avec 3 500 tonnes supplémentaires permettront de retrouver progressivement le niveau d’exportation précédent.”il assure.

Soulignant que GEL a la responsabilité d’assurer l’intégrité et l’image du litchi malgache au niveau international vis-à-vis des clients et des donateurs, ainsi que vis-à-vis de ses membres et de son administration, GEL se déclare ouvert à toutes propositions. pour une solution réaliste et constructive pour un progrès commun durable.

Ambina Rct

Crédit photo : SMMC

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button