le Choix d’une solution de transport international

En général, le transport consiste en le déplacement d’objets, de biens ou d’individus (humains ou animaux) d’un endroit à un autre. Cette semaine, notre expert en expédition Sekou KAMARA discute des options et des solutions pour l’expédition internationale.

Avant ou pendant la conclusion d’un contrat international de vente et d’achat, les sujets sont confrontés au choix du mode de transport de l’objet du commerce international. Ce choix de solution de transport repose sur trois (3) critères :

– Coûts (aspect financier) ;

– Timing (aspects commerciaux) ;

– Sûreté et sécurité (aspects techniques).

L’évolution technologique a permis l’invention de plusieurs modes de transport, regroupés en trois (3) modes :

– marine (y compris sous-marine et fluviale) ;

– Air (y compris spatial, câble suspendu, … ..);

– sol (route, rail, pipeline, etc.) ;

une. Transport maritime:

C’est le mode le plus utilisé pour le transport de marchandises, plus de 90% du tonnage de marchandises transportées. Le transport maritime, avec la révolution de la conteneurisation, a joué un rôle très important dans la mondialisation et s’est adapté aux besoins grâce à l’introduction de navires universels et spécialisés. Le transport fluvial assure les communications internes.

2. Transport aérien:

Le transport aérien, qui ne représente que 1% en poids mais 25% en valeur des échanges internationaux, a ses avantages et bien sûr ses inconvénients : le plus rapide, le plus sûr et le plus cher.

Lire Aussi :  Prévision de croissance à 3% en 2023 après 1,25% en 2022

En règle générale, il est destiné à des objets de grande valeur, plus fragiles, plus légers, plus urgents, moins encombrants et peu encombrants, etc…..

3. Transport terrestre:

L’avantage de ce mode de transport est qu’il fonctionne à tous les niveaux de la supply chain :

– routage préliminaire ;

– transport principal ;

– Post-acheminement.

Pour ce mode, si la route est un élément important, le rail est plus adapté aux transports en commun et aux gros tonnages. Cela nécessite des infrastructures de transport : routes, voies ferrées, etc.

quatre. Organisation des transports :

Dans le transport international, les principaux acteurs sont le chargeur exportateur au départ et le chargeur importateur à l’arrivée. Après la conclusion d’un accord commercial international, le choix d’un transitaire et d’un mode de transport, l’étape suivante est, bien sûr, l’enregistrement pratique du transfert d’un objet ou d’un produit, objet du commerce international. L’organisation logistique de l’expédition dans son ensemble est la suivante :

– la préparation ou le conditionnement des marchandises ;

– Accompagnement par un transitaire selon les termes des Incoterms sélectionnés ;

– contrôle ou surveillance selon le mode de transport choisi ;

Lire Aussi :  Une fusée incontrôlable s'est écrasée sur Terre : comment la Chine a récupéré par la force les débris retrouvés aux Philippines ?

– Dédouanement et dédouanement des exportations ;

– Transport (pré-itinéraire, transport principal, post-itinéraire) ;

– Formalités douanières et réglementaires d’importation ;

– contrôle et surveillance à l’arrivée ;

– Livraison à l’importateur et/ou au destinataire final.

Toutes ses opérations mentionnées ci-dessus sont réalisées en tenant compte des critères de coût, de délai et de sécurité.

Quel que soit le mode de transport choisi, une marchandise objet du commerce international peut faire l’objet d’une assurance transport qui couvrira les dommages liés au transport. Cette assurance comprend plusieurs types de garanties et de contrats en fonction des dommages que les chargeurs sont prêts à couvrir.

5. Base juridique pour le transport international :

Le transport international, quel qu’il soit, met en relation les expéditeurs propriétaires des marchandises transportées, d’une part, et les transporteurs, d’autre part. Ces opérations de transport sont réglementées et établies par des conventions et règlements internationaux tels que :

– la Convention de Bruxelles et les Règles de Hambourg pour le secteur maritime ;

– Conventions de Varsovie et de Montréal sur le transport aérien ;

– Convention de Genève (CMR) ;

– Convention de Berne et Convention COTIF pour les transports ferroviaires;

Ces différentes conventions visent à harmoniser et normaliser les contrats de transport internationaux.

Lire Aussi :  plusieurs régions toujours confrontées à des problèmes de coupure de courant

Avec la mondialisation, le secteur du transport international est très concurrentiel, ce qui a conduit les acteurs à sélectionner des groupements à travers diverses associations et organisations professionnelles, telles que les conférences maritimes pour le transport maritime, les associations IATA et ATAF pour le transport aérien, l’OTIF pour le transport ferroviaire, etc. …. .

Le transport international lors des échanges est soumis à des risques, d’où la question de la responsabilité des acteurs impliqués. Les obligations de l’expéditeur et du transporteur sont expliquées dans le document légal de transport ou le contrat de transport.

Le contrat de transport est un document important liant l’expéditeur et le transporteur. En plus d’être une preuve d’expédition, il prévoit et définit les obligations entre les parties. L’expéditeur fait confiance à sa cargaison et paie le fret, et le transporteur l’envoie à la destination spécifiée.

Ce contrat est conclu en fonction du type de transport :

– connaissement pour le transport maritime;

– lettre de transport aérien pour le transport aérien ;

– la lettre de voiture internationale CMR pour un chauffeur routier ;

– Lettre de voiture internationale CIM pour les transports ferroviaires.

Ces contrats de transport couvrent tous les aspects liés aux responsabilités des parties.

Philippe Quon

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button