L’armée de l’Air et de l’Espace veut récupérer une capacité de suppression des défenses aériennes ennemies

Depuis la fin des années 1990, la Force aérospatiale [AAE] n’a pas de missiles anti-radar comme l’AS-37 MARTEL [Matra Anti-Radar TELévision]porté par un chasseur-bombardier Jaguar. Et il était sur le point de perdre la capacité de mettre en place une formation de combat contre-électronique, les pods ASTAC. [Analyseur de Signaux TACtiques] ils ont failli être mis hors service en même temps que le Mirage F1CR… Enfin, ils ont été sauvés grâce à l’initiative d’un député qui a voté un amendement en 2010 pour les adapter au Mirage 2000D.

Refus de la possibilité de supprimer les défenses aériennes ennemies [SEAD – Suppression of Enemy Air Defenses] se justifiait notamment par le fait que les chasseurs-bombardiers de l’AAE et de l’aéronavale opéreraient dans les conditions dites de permis. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, avec la généralisation des moyens de refus et d’interdiction d’accès [A2/AD] et le retour de la “haute intensité”.

Cependant, en réponse à une question d’un député qui s’interrogeait sur la faisabilité de développer les équipements de guerre électronique Rafale F4 équipés de missiles anti-radar, le ministère des Armées a expliqué que cela ne semblait pas “nécessaire pour assurer notre supériorité opérationnelle”. .

Lire Aussi :  Toulouse-Congrès : « Nous voulons faire rayonner nos territoires à l'international»

Et étant donné que les systèmes ennemis “deviennent de plus en plus interconnectés, pleinement intégrés, redondants et beaucoup plus fiables”, le ministère a alors calculé que cette évolution nécessiterait “une nouvelle approche de ce type de défense” basée sur la capacité à “appliquer diverses et synchronisées effets sur ses différents constituants. [centres de commandement et de contrôle, moyens de communication, réseaux, radars, systèmes sol-air…] perturber son fonctionnement.

Cependant, l’armée de l’air ukrainienne s’est montrée intéressée par la présence de missiles anti-radar aux États-Unis, notamment l’AGM-88 HARM. Et a même réussi à les adapter à son MiG-29 “Fulcrum”, alors qu’ils étaient destinés à être utilisés par des chasseurs-bombardiers occidentaux.

Quoi qu’il en soit, AAE est maintenant déterminé à restaurer la capacité SEAD qui lui manque actuellement. Audiences parlementaires du général Stefan Mill, son chef d’état-major [CEMAAE] pas encore publié… Mais à l’Assemblée nationale, lors du débat sur les crédits de mission de Défense pour 2023, député. [LR] Jean-Louis Thiero en a divulgué partiellement le contenu.

Lire Aussi :  Selon un rapport, le déficit d'entraînement des pilotes de l'armée de l'Air et de l'Espace est "préoccupant"

«Nous tous, membres du Comité de défense, avons entendu le général Stephan Mill parler de missiles anti-radar et appeler à une accélération du projet, qui est probablement l’un des éléments constitutifs du SCAF. [Système de combat aérien du futur, SCAF] – en cours d’exécution maintenant. Si le SCAF est prêt, tant mieux, sinon, nous remettrons cette brique pour les missiles anti-radar dont nous avons besoin », a déclaré le député de Seine-et-Marne.

Par ailleurs, la nécessité de reconstruire la capacité de SEAD pour l’AAE a également été défendue dans un avis budgétaire publié par le député [RN] Franck Giletti.

« Le conflit actuel en Ukraine démontre également l’importance de disposer d’équipements pour supprimer les soi-disant systèmes de défense aérienne du SEAD. Cependant, depuis 1999, le VKS n’a pas eu un tel pouvoir. […]. Cette lacune capacitaire peut certainement être justifiée dans un contexte où les missions de l’avion s’effectuaient uniquement dans l’environnement. […] dans laquelle la supériorité de nos forces dans les airs était indéniable », a d’abord rappelé M. Giletti. Cependant, a-t-il poursuivi, “le retour de la haute intensité rend indispensable pour nos militaires de recréer les capacités du SEAD, garantissant notre capacité à être les premiers à entrer dans un environnement contesté”, et “cette situation appelle une accélération du Future Air Programme d’armement terrestre.” [AASF] “.

Lire Aussi :  cap sur la 7e édition du Festival international Ayiti couleur

Cependant, des solutions peuvent être rapidement trouvées pour combler ce déficit de capacité. Évidemment, nous parlons d’un “achat prêt” de l’AGM-88 HARM américain. Mais il existe une version européenne avec SPEAR-EW. [voir photo] conçu par MBDA en collaboration avec Leonardo pour l’Eurofighter.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button