Kim Boutin : des leçons pour le futur

Comme le principal intéressé, Sébastien Cros a été déçu et surpris par la performance de Kim Boutin ce week-end, en lien avec la première Coupe du monde de la saison, mais il n’a pas appuyé sur le bouton panique.

Boutin s’est qualifiée pour la finale B dans le premier 1000m samedi et a été éliminée en quart de finale, deuxième, le lendemain.

“Je suis déçu et surpris car il avait bien fait à l’entraînement les deux semaines précédentes et on s’attendait à mieux, mais je ne suis pas inquiet”, a résumé l’entraîneur-chef de l’équipe. Canadien. C’est le même scénario que l’an dernier lors de la première Coupe du monde du Japon.

“Dans les deux cas, Kim n’était pas complètement reposée et avait moins d’espace pour les jambes alors que la vitesse augmentait vers la fin de la course”, a poursuivi Cros. Sa phase d’affûtage est plus longue. C’est le deuxième été que nous nous entraînons ensemble et le même schéma se répète. Cet été, nous avons travaillé plus en profondeur que l’an dernier pour améliorer certains points, et cela comporte des risques. Kim est très explosive et a besoin d’un peu plus d’affûtage à l’avant pour être plus fraîche vers la fin du coup à mesure que la vitesse augmente.

Des leçons pour l’avenir

Cependant, Cros pense qu’il y a quelque chose de positif à tirer de cette expérience.

“C’est presque une bénédiction déguisée car nous obtenons une meilleure lecture. Les données sont utiles plus tard. Les athlètes sont poussés à la limite tout en leur laissant le temps de récupérer. Kim a fait de bonnes courses en début de journée, mais c’était difficile à suivre. La réponse est différente d’un athlète à l’autre.”

Lire Aussi :  MotoGP : Max Biaggi quitte-t-il le Moto3 pour rejoindre RNF Aprilia en 2023 ?

L’entraîneur d’Équipe Canada croit que le patineur de Sherbrooke peut récupérer aussi rapidement que le week-end prochain lorsque Salt Lake City accueillera la deuxième Coupe du monde de la saison, mais prévient qu’il ne le fera pas. Les jours suivants, le repos est à l’ordre du jour.

“Il est possible qu’il montre une meilleure forme à Salt Lake City, mais il n’est pas garanti qu’il soit à son maximum”, a souligné Cros. Cela peut changer très rapidement. C’était l’enfer jeudi et vendredi lors de la quatrième Coupe du monde de l’an dernier aux Pays-Bas, mais elle a failli battre son record du monde du 500 m samedi et a dépassé Suzanne Schulting dimanche pour terminer deuxième du 1000 m.

Une réaction normale

Cros comprend la réaction de Boutin.

– Il aurait aimé se joindre à la fête à Montréal avec de belles performances, mais un peu de recul est important. Le défi est de ne pas paniquer et de rester confiant.

Le plan n’a pas changé pour cette deuxième étape de la Coupe du monde.

“Nous gardons le plan initial de Kim, qui est de courir 500 mètres. Nous sommes flexibles. S’il se lève et a de bonnes chances, nous continuerons avec le plan de départ, sinon nous informerons s’il est trop fatigué. Nous choisirons le meilleur solution pour le rendre meilleur dans les étapes 3 et 4 des World Series. La fraîcheur doit revenir.

Lire Aussi :  Coupe du monde 2021 - Les Samoa font tomber l'Angleterre au point en or après un match complètement dingue - Rugby à XIII

________________________________________

Sebastian Cros félicite le courage de ses patineurs

En plus des médailles d’or de Steven Dubois et Pascal Dion, l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne retient un élément clé.

“Le point culminant du week-end, c’est l’attitude de nos patineurs”, a déclaré Sébastien Cros. Ils étaient courageux et intrépides. Prendre des risques est nécessaire pour gagner une médaille et j’ai aimé l’esprit et l’engagement des athlètes.

Cros a aimé ce qu’elle a vu de la recrue Mathieu Pelletier, qui a participé à sa première Coupe du monde en carrière à 16 ans et a atteint la finale A au 500m, et Claudia Gagnon, qui a fait un retour.

“En revenant au plus haut niveau, Claudia n’a pas été impressionnée lorsqu’elle a dépassé deux des meilleurs patineurs du monde lors de la finale du 1500 m”, a-t-il déclaré. Mathieu a aussi montré qu’il n’avait pas peur même de disputer sa première Coupe du monde.

Une stratégie différente

Champion en titre du classement cumulatif de la Coupe du monde au 1000m, Dion a fait appel à une approche différente que Cros a appréciée.

“L’an dernier, Pascal a utilisé beaucoup d’énergie en tête de course dans l’espoir de gagner, mais il a manqué de jus à la fin”, a-t-il expliqué. Ce week-end, il visait également la victoire, mais est resté dans le trafic et a terminé fort avec un dépassement trois tours avant la victoire du 1000m. L’équilibre entre les deux est plutôt bon.

Lire Aussi :  Football, basket, volley… découvrez tous les résultats sportifs du week-end dans votre région!

Une boîte à outils bien garnie est essentielle pour gagner des compétitions.

“Sur un morceau court, il faut toute la palette, imaginait-il. Si c’est tout le côté physique qui est important, vous ne durerez pas longtemps et vous ne pourrez rien faire un jour où vous n’êtes pas en forme. La technologie est importante et la stratégie est très importante.”

Dépassements risqués

Comme les coéquipières de Dion, l’entraîneur de l’équipe canadienne ne lui a pas reproché d’avoir pris trop de risques lors de la finale du relais 5 000 m. Le relais du Canada était troisième après huit tours lorsque Dion a dépassé l’Italien par l’extérieur avant de glisser pour offrir le même remède au Coréen, mais la glace a cédé sous ses lames.

Le Canada a remporté le bronze en raison de la disqualification de l’Italie.

“Si vous voulez gagner des courses, vous devez prendre des risques. Si vous n’essayez rien, vous allez prendre du retard. En répétant des passes comme celle-ci, vous le maîtrisez. Suzanne Schulting et Arianna Fontana ont été lâchées et se sont écrasées un beaucoup avant qu’ils ne la battent. Vous devez essayer des choses.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button