Handicap : Tech’air, une entreprise sociale et solidaire à Villiers-le-Bel

Collaborateurs de Tech'air dans l'une des salles blanches de l'entreprise.
Collaborateurs de Tech’air dans l’une des salles blanches de l’entreprise. (©©Hervé Thouroude)

Eté 2017. C’est la dernière chance de rencontrer Henri-Aurélien Chopinaud. En manque de commandes, le directeur des ateliers Tech’air, qui emploient près de 150 salariés en situation de handicap mental ou moteur, a passé un accord avec les responsables d’Air Liquide, clients de longue date.

Lors de l’échange, l’un d’eux a évoqué la possibilité de lui déléguer la réalisation de capteurs servant à mesurer la respiration des patients admis en réanimation.

“Essayons”

“Non, ça n’en vaut pas la peine. Ça demande trop de détails. Il faut souder un câble plus fin qu’un cheveu”, répond un de ses confrères. Henri-Aurélien Chopinaud intervient. ? Essayons d’abord. »

Lire Aussi :  le déficit public un peu moins fort que prévu, à 4,9%

La semaine suivante, il revient avec des centaines de capteurs prêts à l’emploi. Un véritable exploit. “Ils ont à peine réussi à en sortir 50 par jour. Nous avons un salarié qui en produit 400 par jour”, se félicite fièrement le directeur de Tech’air.

L’entreprise sociale et solidaire spécialisée dans la production de matériel médical a depuis clôturé chacun de ses exercices en équilibre. Situé à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), son domaine s’étend sur 2 000 m.2 et dispose d’équipements à la pointe de la technologie.

Autotest Covid

“Notre tâche première reste de permettre aux personnes en situation de handicap de travailler. Mais les notions de rentabilité, de productivité ou de performance ne nous font pas peur”, assure Henri-Aurélien Chopinaud.

Lire Aussi :  « L’Europe est dépendante de la Chine non seulement pour les matières premières, mais aussi pour les produits semi-finis »

Preuve que la compétence de ses collaborateurs est aujourd’hui reconnue, Tech’air vient de se voir confier la réalisation d’autotests Covid par le laboratoire Aaz. Une première en France.

Vidéos : actuellement sur Actu

“Nous commencerons en janvier. L’objectif sera d’atteindre 200 000 unités créées la première année”, explique Henri-Aurélien Chopinaud.La collaboration entre les deux sociétés n’est pas nouvelle.

En 2020, six mois après le début de la crise sanitaire, Tech’air était déjà impliqué dans la production des autotests développés par Aaz. « Mais nous n’étions impliqués que dans la partie assemblage. »

Emmanuel Macron

Durant la même période, l’entreprise avait bénéficié d’une certaine visibilité nationale en raison de la décision de ses salariés de poursuivre leur activité pour assurer l’approvisionnement en équipements respiratoires nécessaires aux patients atteints du Covid-19. 19.

Lire Aussi :  Les entreprises de l'Allier en tenue de gala ce jeudi soir à Vichy (Allier)

Après cet épisode, Henri-Aurélien Chopinaud et Anne Commont, la célèbre employée capable de produire 400 capteurs par jour, ont été invités à la fête le 14 juillet dans la galerie présidentielle.

Lors de la cérémonie, l’employé modèle de Tech’air a pu s’adresser directement à Emmanuel Macron et lui décrire son rôle dans la production de protections respiratoires artificielles. “C’est bien, continuez”, a répondu le chef de l’Etat.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Gazette du Val d’Oise dans la rubrique Mon actualité. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button