France-Tunisie | Ali Abdi croit à l’exploit face aux Bleus : “Sur un match, tout est possible”

Ali Abdi, qu’avez-vous fait en 2018 lorsque la Tunisie a disputé la Coupe du monde en Russie (ndlr : élimination dès le premier tour) ?

Ali Abdi. : “J’ai participé à la préparation de la Coupe du monde 2018 avec le groupe mais au final je n’ai pas été appelé jusqu’à ce que je parte en Russie. J’ai regardé mes coéquipiers de chez moi. C’est difficile car on rencontre de grandes nations comme l’Angleterre (1-2 ). ) et la Belgique (2-5). Nous avons gagné contre le Panama (2-1), mais nous avons quitté cette Coupe du monde trop tôt.”

Si vous aviez dit il y a quatre ans que vous iriez au Qatar pour la Coupe du monde 2022. Comment auriez-vous réagi ?

Coupe du monde

Coiffeur, pour quoi faire ?

il y a 4 heures

AA : “Pendant quatre ans, j’ai travaillé dur pour que ce jour vienne. En 2018, j’ai dit à mes parents et à ma femme : ‘J’espère que je serai titulaire à la prochaine Coupe du monde’.

J’ai toujours l’ambition de jouer un jour au Barça

Lire Aussi :  Immobilier : les prix de la pierre, si résilients en France

Remontons onze ans en arrière. Quel était votre rêve lors de vos débuts dans le championnat tunisien lors de la saison 2011-12 ?

AA : “Je me suis entraîné au club de D2 en Tunisie, Sfax Railways Sports. Depuis le jour où je suis devenu professionnel, j’ai travaillé au maximum afin de mériter ma place dans l’équipe que je joue. J’ai aussi pour objectif de devenir un international joueur et connu dans le monde entier. Je suis fan de Barcelone et je rêve même d’aller voir un match au Camp Nou. Après tout, je sais que le monde du football est très difficile, mais j’ai toujours l’ambition d’y jouer un jour.”

Lire Aussi :  France Services au plus près des habitants

Tu ne le caches pas : ton rêve ultime est de jouer un jour à Barcelone…

AA : “Oui. Dani Alves a joué la Coupe du monde à 39 ans. Alors pourquoi ne pas viser le très haut niveau à 28 ans ?”

Quand tu étais plus jeune, quel joueur tunisien t’a le plus inspiré ?

AA : “Hatem Trabelsi, sans aucun doute. Il a joué dans la grande équipe de l’Ajax avec Zlatan Ibrahimovic. Comme moi, c’est un arrière latéral. Quand j’étais jeune, j’analysais ses matchs. C’était un joueur très offensif et j’ai pris un peu d’exemple de sa part. Hatem Trabelsi aime aussi finir l’action dans la surface adverse.”

Vous avez signé avec le Paris FC à 25 ans. Avez-vous une chance de venir jouer en Europe avant 2019 ?

AA : “Oui. Quand j’étais jeune, j’ai été approché par Grenoble mais ça ne s’est pas fait. Dijon m’a aussi demandé quand il était en L1. Puis j’ai rencontré Pierre Dréossi, quand il était directeur sportif du Paris FC (L2). J’ai J’ai beaucoup aimé son discours.”

Lire Aussi :  Val-de-Marne : un ado de 16 ans poignardé à mort devant un lycée, l’auteur présumé, 16 ans, interpellé

Vous êtes resté huit saisons dans le championnat tunisien (ndlr : JS Kairouan, Espérance Tunis, Club Africain). Avez-vous le sentiment d’avoir plus de liberté dans votre jeu offensif ?

AA : « Souvent, les joueurs tunisiens commencent à jouer en Europe très jeunes, jusqu’à l’âge de 22 ans. Je suis peut-être arrivé en France un peu tard. le jeu est ouvert et un peu plus libre. Personnellement, je suis un joueur offensif et c’est une qualité pour un latéral moderne. Je regarde beaucoup de joueurs qui évoluent à mon poste, et notamment Alphonso Davies qui en est un très bon exemple. .”

Qui affrontera la Tunisie ? C’est onze d’entre nous

Quels sont vos objectifs en arrivant en Ligue 2 en 2019 ?

AA : “Mon objectif est d’atteindre un très haut niveau en franchissant plusieurs stades. Je pense avoir fait mes preuves en Ligue 2. Alors, pourquoi pas Viser la Ligue 1 puis la Ligue des Champions. Je veux retrouver la L1 avec le Stade Malherbe Caen. Je n’oublie pas d’où je viens, donc je veux redonner au club tout ce qu’il m’a donné.”

Vous affronterez l’équipe de France ce mercredi. Est-ce un choix que vous suivez de près ?

AA : “Bien sûr. Avant, je rejoignais les Bleus si la Tunisie ne jouait pas dans la compétition. Aujourd’hui, je vis mon rêve en participant à cette Coupe du monde et en affrontant les champions du monde qui sont champions.”

Avez-vous peur d’une opposition avec Kylian Mbappé ?

AA : “Franchement, je ne pense pas. Il y a d’autres joueurs solides autour de Kylian Mbappé. Après, je m’inquiète d’abord de mon jeu. Et je pense plutôt comme ça : mon adversaire direct doit d’abord défendre avant que je défende. Donc j’espère que Benjamin Pavard ne montera pas trop (rires).

Pensez-vous que la Tunisie peut réaliser l’exploit contre les Bleus ?

AA : “Bien sûr. Si vous n’y croyez pas, autant rester chez vous. Dans le jeu, tout est permis.”

Coupe du monde

Camavinga est reparti, comment peuvent-ils en arriver là ?

il y a 4 heures

Coupe du monde

Onze hommes, onze bonnes raisons de briller

il y a 4 heures

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button