FMI: la croissance de l’économie marocaine devrait atteindre 1,25% à fin 2022

Par Safae Hadri le 04/11/2022 à 18h10.

Roberto Cardarelli, chef de la mission du FMI au Maroc

Roberto Cardarelli, chef de la mission du FMI au Maroc

© Copyright : DR

Alors que les chocs mondiaux et la sécheresse ont ralenti l’économie marocaine cette année, la croissance du PIB devrait s’établir à 1,25 %, selon les dernières estimations des équipes du FMI appelant à une accélération des réformes sociales.

Une équipe du personnel du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Roberto Cardarelli a mené des consultations avec les autorités marocaines du 24 octobre au 4 novembre 2022. Plusieurs conclusions ont été formulées à l’issue de ces réunions concernant la croissance et l’inflation en particulier.

Selon le chef de la mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli, la croissance du PIB devrait être d’environ 1,25% en 2022 et le déficit du compte courant devrait augmenter à environ 4,25% du PIB.

Lire Aussi :  Une semaine pour bien se préparer aux stages en entreprise

Sous l’hypothèse d’une amélioration progressive des conditions extérieures et d’une campagne agricole moyenne, la croissance devrait remonter à environ 3% l’an prochain et le déficit du compte courant devrait se réduire à environ 3,5% du PIB, souligne-t-il, notant toutefois qu’il y a beaucoup d’incertitudes sur ces perspectives.

Quant à l’inflation, le chef de mission du FMI estime que son retour à près de 2% en 2024 pourrait nécessiter de nouvelles hausses des taux directeurs de Bank Al-Maghrib.

Lire Aussi :  Le film marocain “Une oasis d'eau gelée ” projeté dans le cadre du Festival international du film du Caire

“Alors que nous nous attendions à ce que l’inflation commence à baisser l’année prochaine, entraînée par la baisse attendue des prix mondiaux des matières premières, cela pourrait nécessiter de nouvelles augmentations des taux directeurs pour sécuriser davantage les anticipations d’inflation”, souligne-t-il. .

Les responsables du FMI ont également appelé à accélérer la mise en œuvre des réformes structurelles, notamment celles visant à étendre la protection sociale à tous les Marocains, à stimuler les investissements du secteur privé et à relever les défis posés par le changement climatique.

“Des progrès considérables ont été réalisés dans l’extension de la protection sociale, même si une grande partie des travailleurs indépendants n’ont pas encore rejoint le nouveau système contributif de santé et de retraite. Des réformes profondes des systèmes de santé et d’éducation devraient améliorer l’accès, l’efficacité et la qualité des services », souligne Roberto Cardarelli.

Lire Aussi :  Coopération – L’économie sociale et solidaire, « un outil de diplomatie économique »

Et d’ajouter : « Les récentes mesures de réforme des entreprises publiques, ainsi que l’opérationnalisation du Fonds Mohammed VI et la mise en œuvre de la nouvelle charte des investissements devraient contribuer à stimuler l’investissement privé. Les progrès de la libéralisation du marché de l’électricité devraient accélérer la transition vers les énergies renouvelables. l’énergie, alors qu’il reste encore beaucoup à faire pour faire face à la rareté des ressources en eau ».

Par Safae Hadri

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button