et maintenant, Laurent Marti doit trancher

Laurent Marti a pu faire part à son entraîneur de ses inquiétudes quant à la situation sportive du club. Après dix jours, l’UBB pointe à la 11e place, loin de ses objectifs. Il a pu lui exprimer ses incompréhensions sur certains aspects de ses dirigeants, mais aussi lui révéler un certain nombre d’autres reproches concernant les nombreuses activités annexes de son entraîneur (vignobles, séminaires, RMC) et tout ce qui a pollué la relation d’un mois entre les deux hommes.

Ligne droite

Christophe Urios a également eu son lot de plaintes. Depuis la fin de la saison dernière, l’ambiance autour de l’équipe n’est plus la même et le coach a peut-être le sentiment qu’il n’est plus le seul champion à bord. En effet, Laurent Marti, qui avait confié les clés de la maison à Urios, a repris la main dans certains secteurs, comme le recrutement. Et le conflit qui a opposé les joueurs et l’entraîneur de l’UBB avant la phase finale de la saison dernière l’a sans doute incité à renouer un contact direct avec les dirigeants du groupe.

Lire Aussi :  Les notes de la 12e journée de Ligue 1 / Ligue 1 / J12 / SOFOOT.com

Mais maintenant que cette première rencontre a eu lieu, Laurent Martin a une décision à prendre. Se débarrasser immédiatement de Christophe Urios ou tenter de trouver un modus vivendi pour terminer la saison en cours, tant il semble certain que l’ancien entraîneur de Castres ne terminera pas son contrat en 2025. L’alternative est à la fois simple et complexe.

Une relation endommagée

Financièrement, ce divorce va coûter cher. Urios a encore deux saisons et demie sur son contrat. A sa place, Laurent Marti pense à Yannick Bru. L’ancien entraîneur de Bayonne, actuellement basé en Afrique du Sud avec les Sharks de Durban, a rencontré mardi dernier le président de l’UBB. Ils ont pendu. Mais Bru, qui a profité de la trêve internationale pour rentrer en France, n’envisageait pas forcément d’atterrir au plus vite. Il aimerait pouvoir constituer son personnel d’abord. Mais selon notre source, il est prêt à retrousser ses manches. D’autant qu’il a pu compter dans un premier temps sur une des recrues de Laurent Martin : Christophe Laussucq, un technicien reconnu et expérimenté que le président est allé chercher dans une fonction transverse, recrutement et jeunesse, au printemps dernier.

La conviction que la relation entre l’entraîneur et son équipe est profondément abîmée.

Voilà pour l’option de séparation immédiate. L’autre option, le maintien de Christophe Urios au moins jusqu’à la fin de la saison, est bien sûr moins chère. Mais cela présente un risque. Dans quelle mesure ce dernier parvient-il à relever la barre sur le plan sportif et à rétablir une relation harmonieuse avec ses joueurs ?

Lire Aussi :  Les Bleus arrachent la victoire contre le Danemark et verront les huitièmes de la Coupe du monde

Car ce qui a donné envie à Laurent Martin de tourner à temps la page d’Urios, c’est aussi la conviction que la relation entre l’entraîneur et son groupe est profondément abîmée. Le conflit qu’il a opposé aux joueurs au printemps a laissé des traces. Certains se demandaient si Urios pourrait continuer cet été. Après trois saisons, son discours n’a pas été renouvelé et le leadership comme sa position égocentrique ne passera plus. Des joueurs importants, pas seulement Matthieu Jalibert, envisagent de partir.

Lire Aussi :  Angel Di Maria a déjà choisi son prochain club

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button