Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti : un crâne humain découvert dans l’Isère

Pendant de longues années, l’affaire a été traitée par le groupe « cold case » de la section d’investigation de la gendarmerie de l’Isère. Elle vient peut-être de vivre son dernier rebondissement. Un crâne humain a été retrouvé mercredi à Buissière (Isère) lors de fouilles destinées à retrouver les restes du corps de Marie-Thérèse Bonfanti, disparue dans la commune voisine de Pontcharra en 1986, ont annoncé vendredi le parquet de Grenoble.

“Rien n’établit officiellement à ce stade qu’il s’agisse de la dépouille de Marie-Thérèse Bonfanti”, a toutefois indiqué le procureur Eric Vaillant, une expertise sera menée “dans les prochaines semaines” pour confirmer “le caractère féminin du crâne trouvé et l’identité de son ADN”.

Lire Aussi :  Eure. Un gendarme tué dans un accident lors d'une opération anti drogues sur l'A13

Marie-Thérèse Bonfanti, 25 ans et mère de deux enfants, publie un journal à Pontcharra. Il a disparu le 22 mai 1986. Un homme, qui habitait alors à proximité, a été suspecté puis relâché, et l’enquête s’est soldée par un non-lieu en novembre 1987. Mais le 12 mai, Éric Vaillant annonce que l’affaire est résolue. . Ce même homme, qui vit en Savoie et est âgé de 56 ans, a été arrêté et a avoué avoir “tué” Marie-Thérèse Bonfanti. Il a été inculpé d’« enlèvement, séquestration et meurtre » et emprisonné.

Un bouton-pression et un morceau de tissu ont également été retrouvés

Des fouilles menées dans “l’endroit supposé pour retirer le corps de la victime indiqué par l’inculpé”, “ont permis la découverte d’un crâne humain à environ 65 mètres” de l’endroit en question, a expliqué vendredi à la presse Eric Vaillant. Des “ossements partiels” dont “la nature humaine n’est pas confirmée”, un bouton-pression et un morceau de tissu ont également été retrouvés, a-t-il ajouté.

Lire Aussi :  la France devra débourser plusieurs centaines de millions d’euros pour ne pas avoir atteint ses objectifs

Le 9 mai 1985, un an avant la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti, une jeune fille de 19 ans, Marie-Ange Billoud, disparaît alors qu’elle s’apprête à quitter Pontcharra pour se rendre à Chambéry en voiture. Après l’élucidation du meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti, l’information judiciaire a été rouverte. Le substitut du procureur de Grenoble Boris Duffau a précisé que, si rien ne permet de lier l’affaire Bonfanti à des meurtres ou autres disparitions non résolues, rien n’empêche “d’interroger, d’enquêter et éventuellement d’établir de nouveaux liens”.

Lire Aussi :  Exploitation des fonds marins : députés et ONG demandent à la France de s'engager pour un moratoire

Au milieu des années 1980, à Pontcharra, cette double disparition en a frappé plus d’un, d’autant qu’elle est survenue quelques années après le meurtre d’une autre jeune femme de la localité, Liliane Chevènement, 30 ans, retrouvée en 1981. étranglée, quatre mois après sa disparition. . . Le tueur n’a jamais été identifié.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button