Démystifier l’économie | Pourquoi dit-on 75 points de base au lieu de 0,75 % ?

Chaque samedi, un de nos journalistes, en compagnie d’experts, répond à une de vos questions sur l’économie, la finance, les marchés, etc.

Écrit à 7h00

Richard Dufour

Richard Dufour
La presse

Pourquoi dit-on que la Banque du Canada augmente son taux directeur de 75 points de base? C’est confus. Ne serait-il pas plus simple de dire 0,75 % ou même 1 % au lieu de 100 points de base ?

Mario Courcy

Il y a deux parties à la réponse à cette question, selon notre expert invité.

Il faut d’abord définir ce qu’on entend par “point de base”. Un point de base (ou 1 pb dans le jargon financier des économistes) équivaut exactement à 0,01 % ou 1 centième de un pour cent.

« Bref, on utilise le terme quand on a affaire à de très petits chiffres… comme un taux d’intérêt », explique Sébastien McMahon, stratège en chef, économiste principal et gestionnaire de portefeuille à l’Industrielle Alliance, Gestion de placements. .

Lire Aussi :  Les tarifs des mutuelles santé vont augmenter de 4,7 % en moyenne en 2023

“Vous aurez remarqué que les taux d’intérêt bougent très peu”, souligne ce spécialiste de l’allocation d’actifs.

« Par exemple, le rendement des obligations gouvernementales de 10 ans au Canada est passé d’environ 1,5 % en début d’année à près de 3,3 % aujourd’hui. Il en va de même pour la Banque du Canada, qui déplace traditionnellement son taux directeur par tranches de 0,25 %. »


PHOTO FOURNIE PAR SÉBASTIEN MC MAHON

Sébastien Mc Mahon

Sébastien McMahon a précisé que lorsqu’on rapporte l’évolution des taux d’intérêt sur une seule journée, il est beaucoup plus facile de dire, par exemple, que l’évolution était de “cinq points de base” plutôt que de “zéro virgule zéro cinq pour cent”. C’est une question de simplicité et d’efficacité du langage.

Lire Aussi :  pourquoi les entrepreneurs s'inquiètent d'une « bombe à retardement »

Changement absolu

L’autre raison, tout aussi importante, dit-il, est d’éviter toute confusion avec un changement proportionnel de prix.

Il souligne que lorsqu’on parle de rendements boursiers, par exemple, on signale une hausse de 1 % lorsque le S&P/TSX — l’indice principal de la Bourse de Toronto — monte de 200 points, passant de 20 000 à 20 200 points.

“Or, dans le cas d’un taux d’intérêt, on s’intéresse à la variation absolue du taux d’intérêt, et non à la variation proportionnelle par rapport au niveau précédent”, précise Sébastien Mc Mahon.

Lire Aussi :  Carburants : pourquoi le retour à la normale n'est pas pour demain

L’utilisation du jargon « points de base » apporte ainsi de la clarté et indique que l’on parle de la variation d’un taux, et non d’un prix ou d’une valeur.

Par ailleurs, Sébastien Mc Mahon rappelle que les économistes comme lui utilisent généralement le terme « point de pourcentage » (1 point de pourcentage équivaut à 1 %) pour parler de la variation des données économiques, puisque les mouvements habituels de celles-ci sont généralement mesurés à cette échelle et pour différencier les mouvements de taux d’intérêt, qui se traduisent généralement en “points de base”.

Vous avez des questions sur les finances personnelles, le monde du travail, la bourse, la finance, la technologie, le management ou un autre sujet connexe ? Nos journalistes y répondront chaque semaine.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button