Covid-19 : cas à la hausse, nouveau variant… la France fait-elle face en ce moment à une 9e vague de contaminations ?

c’est important
Après quelques jours d’arrêt des laboratoires d’analyses médicales du pays, les autorités sanitaires ont constaté un regain sur le front épidémiologique. La France pourrait faire face à une 9e vague de contaminations.

La France a-t-elle raté la reprise épidémique ? La dernière attaque des biologistes ne permet pas aux autorités sanitaires de suivre l’évolution de l’épidémie de Covid-19 ces derniers jours. Pendant quelques jours, le laboratoire d’analyses médicales a complètement cessé d’envoyer les résultats des tests de dépistage aux autorités sanitaires, avant de fermer complètement ses portes du 14 au 16 novembre. Le nombre de cas d’infection virale était relativement faible.

Le retour à la normalité – bientôt – a pris part à la vérité face à la pandémie. “Je pense qu’on a raté la reprise de la vraie épidémie il y a dix jours”, a ainsi lancé Yannick Simonin, professeur de virologie à l’université de Montpellier, dans une tribune Logiciel.

Les cas quotidiens, pour une fois, ne sont pas des précurseurs des hospitalisations quotidiennes. Cela a également augmenté pendant 4 jours consécutifs. \ud83d\udc47

2/5 https://t.co/yjQYX0myNB

– Nicolas Berrod (@nicolasberrod) 18 novembre 2022

Cela fait quatre jours que le nombre moyen de cas positifs pour le virus a de nouveau augmenté. La France détecte désormais en moyenne 26 040 nouvelles infections chaque jour. Un constat similaire dans les hôpitaux du pays où 17 936 sont actuellement hospitalisés à cause du virus. De plus, le nombre moyen de nouvelles hospitalisations a augmenté de 5 jours.

Lire Aussi :  ce que l’on sait du calendrier

Une nouvelle variante en France

Plusieurs facteurs – désormais connus – permettent d’anticiper cette reprise épidémiologique. Baisser d’abord la température, ce qui incite les Français à se rassembler à l’intérieur : on rappelle ainsi que la contamination au Covid-19 se produit avant tout dans des espaces clos. Arrivée, également, d’une nouvelle variante en France. La variante BQ.1.1. – qui appartient à la famille des variantes Omicron – gagne progressivement du terrain dans le pays. Cette nouvelle souche est quasiment majoritaire dans le pays : selon les dernières données de Santé publique France, plus de 43 % des contaminations au Covid-19 sont attribuées à cette variante.

Lire Aussi :  «Je fais partie des collectivités en France qui peuvent continuer d'investir»

La variante BQ.1.1. peut présenter une plus grande évasion immunitaire que ses prédécesseurs, c’est-à-dire qu’il peut résister plus facilement à l’immunité obtenue par la vaccination contre le Covid-19 et par la contamination virale. “La possibilité que cette mutation supplémentaire confère un avantage d’évasion immunitaire par rapport à la sous-lignée Omicron circulante, et donc un plus grand risque de réinfection est une possibilité qui nécessite une enquête plus approfondie”, a expliqué l’Organisation. 27.

Lire Aussi :  Le ministre Jean-Noël Barrot décore une lobbyiste du Mediator… et intime de la famille – Libération

Lire aussi :
Covid-19 : pourquoi les infections multiples et les virus augmentent le risque de problèmes de santé graves

Cette nouvelle variante aura également une plus grande capacité de propagation : “Bien qu’il n’y ait pas de données sur la gravité ou l’évasion immunitaire issues d’études chez l’homme, BQ.1.1. montre un avantage de croissance significatif par rapport aux autres sous-lignées d’Omicron en circulation dans de nombreux contextes, y compris l’Europe et le États-Unis, et justifient donc une surveillance étroite.

Difficile cependant de savoir quel impact aura cette reprise épidémiologique sur le système de santé français. Cela dépendra, entre autres, de l’immunité acquise par la population grâce aux contaminations et vaccinations antérieures.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button