Chase Oliver, l’obscur candidat qui tient l’Amérique en haleine

Avec 81 000 bulletins de vote en sa faveur, le candidat au Sénat de Géorgie, Chase Oliver, a organisé un second tour lors de l’un des scrutins de mi-mandat les plus importants.

Cela ne représente que 81 000 bulletins de vote sur des dizaines de millions, mais ils ont plongé l’Amérique dans les limbes pendant encore quatre semaines : en Géorgie, le candidat libertaire peu connu Chase Oliver a provoqué un second tour dans l’un des scrutins de mi-mandat les plus importants. A l’exception d’une double victoire démocrate (ou républicaine) au Nevada et en Arizona – hypothèse qui reste envisageable – c’est en Géorgie que se jouera réellement le contrôle du Sénat, la très puissante chambre haute du Parlement américain.

Et c’est à cause de Chase Oliver, un parfait inconnu à 37 ans, et de ses 2 % des voix en Géorgie que ni le démocrate Raphael Warnock ni le républicain Herschel Walker n’ont obtenu 50 % des suffrages exprimés, ce qui est un seuil important pour être élu en Géorgie. ce pays. Etat. Il faudra donc attendre le 6 décembre pour les départager et savoir de quel côté penchera le Sénat. Il n’est pas du tout ému par cela. “Vous ne pouvez pas blâmer un candidat juste pour avoir été choisi sur le bulletin de vote”a-t-il déclaré à Vice News. “Je ne pense pas qu’on puisse gâcher ce qui est déjà pourri”il a ajouté à Le journal “New York Timesfaisant référence au bipartisanisme américain, qu’il déteste.

Lire Aussi :  un ancien international et des supporters se paient Alun Wyn Jones sur la toile

À propos des armes à feu et de l’avortement

Ce fan de science-fiction qui se décrit sur son profil Twitter comme “armé et gay” et a mené sa campagne depuis son sous-sol rempli d’objets de collection Star Trek, se démarque dans le paysage politique américain dominant : il est catégoriquement pro-armes, financièrement conservateur, mais aussi pro-droits à l’avortement, pro-légalisation du cannabis et anti-peine de mort. A Fayetteville, une petite ville de 19 000 habitants à la périphérie d’Atlanta, la plupart des personnes interrogées par l’AFP ne savent pas grand-chose sur lui. Beaucoup regrettent la dépense qu’a nécessité l’organisation du second tour le 6 décembre.

Lire Aussi :  les républicains prennent le contrôle de la Chambre des représentants

Contre les démocrates et les républicains, qui ont déjà dépensé plus de 241 millions de dollars au total pour la course selon le Wall Street Journal, soit 30 dollars pour chacun des 7,8 millions d’électeurs de Géorgie, il n’a dépensé que 10 000 dollars. La façon dont ses 81 000 électeurs voteront lors du second tour sera déterminante pour le résultat final (Warnock et Walker ne sont séparés que de 35 000 voix), mais il ne veut pas non plus soutenir. “Ils (Warnock et Walker, ndlr) ont ignoré les gens qui ont voté pour moi et les enjeux qui me sont chers”il a attaqué Vice News.

Lire Aussi :  le Festival International du Film d'Archéologie de Bordeaux

Son message semble avoir atteint certains. “J’en apprendrai probablement un peu plus sur les indépendants la prochaine fois car j’ai l’impression de voter pour la même personne, que ce soit un républicain ou un démocrate.”dit Pachian Carter, un employé de 50 ans qui travaille toujours à Fayetteville. “Je n’ai aucun problème à ce qu’il se présente aux élections. Plus il y a d’options, mieux c’est.”raconte Susan Cromie, une retraitée de 67 ans qui n’aime pas l’idée d’un second tour. « Je ne veux pas re-voter. J’ai eu assez de clips” Campagne télévisée, dit-elle, pointant un pistolet sur sa tempe. Mais c’est un mal nécessaire.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button