Benfica – Juventus Turin – La Juve éliminée après sa défaite, le Benfica qualifié avec le PSG

Il n’y avait pas de photo. Dans le groupe du PSG, Benfica a dominé la Juventus (4-3) dans des proportions plus importantes que ne le laisse penser le résultat de mardi soir. Longtemps inspirés, les Lisboètes ont offert un véritable concert offensif pour confirmer leur qualification à la huitième place. Complètement dépassée avant de revenir dans le dernier quart d’heure, la Juve n’a pas pressé. Avec trois points en cinq matches, les Bianconeri sortent de la Ligue des champions par une porte très étroite.

Cela devait arriver. Après trois éliminations consécutives en huitièmes de finale de C1, la Juventus n’atteindra même pas ce stade cette année. Un échec d’une logique imbattable compte tenu des lacunes du Torino. L’opposition elle-même est un symbole des lacunes de la Juve. Lents, incohérents, maladroits et terriblement prévisibles, ils se sont effondrés face à une équipe au jeu direct, rapide, résolument moderne et bien mieux adapté aux standards européens.

Le poison de Rafa Silva

Au cœur de cette équipe passionnante, le venimeux Rafa Silva s’est démarqué. Avec Madjer (35e, 3-1) et un sursaut (50e, 4-1), il a choqué la Juve et aurait pu inscrire un triplé si le poteau n’était pas intervenu (86e).

Lire Aussi :  Coupe du monde : Van Gaal proccup, Van Basten dpit... Les Pays-Bas toujours critiqus ! - Football

En tout cas, l’affaire avait déjà été traitée, puisque Benfica avait auparavant fait l’impasse sur les discussions. Le jeune Antonio Silva (17e, 1-0) et João Mario au penalty (28e, 2-1) avaient fait plier la défense adverse. L’égalisation – heureuse – sur corner (21e, 1-1) de Dusan Vlahovic n’était qu’une tentation pour retarder la chute d’une équipe à la dérive. Alternant passes à dix et attaque grasse, le club portugais a ensuite dominé la rencontre… jusqu’à se faire peur.

Lire Aussi :  TEST Crisis Core -Final Fantasy VII- Reunion : Zack fait son retour avec une nouvelle bouille

La Juve n’a sauvé que l’honneur

Il a certes fallu quatre buts dans le sac pour le réveiller, mais Massimiliano Allegri a relancé la Juve grâce à son coaching. Un passage à quatre défenseurs et l’arrivée du jeune ailier gauche Samuel Iling Junior, une passe d’Arkadiusz Milik (77e, 4-2), puis de Weston McKennie (79e, 4-3) à l’entame du but ont réveillé la Juve, pas assez. . Pourtant, cette fin de match portée par l’Anglais a adouci la progression et ramené la Juve à des écarts plus respectables.

Samuel Iling-Junior, Benfica-Juventus

Crédit : Getty Images

Mais voir la Vieille Dame se contenter d’attendre les abus d’un garçon qui avait joué cinq minutes en tant que pro en dit long sur son déclin. Il y avait certes des absents (parmi lesquels Angel Di Maria, Paul Pogba, Bremer ou encore Federico Chiesa), le constat est moins alarmant. Sorti de la poule pour la première fois en neuf ans, Juventini pioche le PSG d’une… place en Ligue Europa.

série A

La Juve continue, Rabiot fait un doublé

21/10/2022 à 20:41

série A

La Juve gagne le Derby et retrouve le sourire

15/10/2022 à 17:54

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button