Baby-foot, alcool, le délire culturel de la start-up. Adhérer aux valeurs “”fun & pro” de l’entreprise”.

Boire le soir avec des collègues et boire comme des trous pour avoir l’air “cool” tout en jouant au baby-foot au lieu de travailler et avoir l’air très occupé est un quotidien dans les sociétés d’aujourd’hui, surtout celles qui sont un peu “startup”. Le seul qui comprend la folie actuelle est Elon Musk, qui a viré la plupart des alcooliques de l’équipe de football de Twitter, et vous savez quoi ?

Twitter continue !

Cela signifie que la confusion règne dans les âmes.

Cette actualité juridique illustre parfaitement ce que je veux vous dire.

« La Cour de cassation vient d’annuler partiellement un licenciement pour « comportement critique et refus d’accepter les politiques de l’entreprise fondées sur l’incitation à divers excès » du salarié, comme l’alcoolisme excessif pendant la semaine du pot-de-vin.
Un salarié qui ne participe pas à tous les apéritifs organisés par son employeur, ou critique la consommation excessive d’alcool des équipes lors de ces “moments de rigolade”, ne peut être licencié pour cela.

Lire Aussi :  Comment le « vert Zelensky » est devenu « l’identité politique d’un pays en résistance »

Attendez, la dictature du « cool » atteint les sommets du crétinisme !

« Un petit rappel des faits. L’employé en question a été embauché en 2011 par Cubik Partners en tant que consultant senior, puis promu directeur en 2014. Il a été licencié un an plus tard pour “incompétence professionnelle” et plus précisément pour avoir refusé de défendre la valeur du “fun”. & entreprises “professionnelles”.

Dans cette décision, les magistrats ont bien considéré que « le licenciement était dû à l’exercice par le travailleur de sa liberté d’expression ; que la Cour d’Appel a conclu qu’on ne pouvait reprocher à Monsieur T. de ne pas avoir intégré la valeur “récréative et professionnelle” de l’entreprise.”

Lire Aussi :  International. Six Palestiniens tués après des raids de soldats israéliens

Cette valeur se traduisait, selon la Cour, « par la participation requise à des séminaires et la consommation d’alcool le week-end, qui conduisait souvent à un alcoolisme excessif, encouragé par les partenaires qui fournissaient de très grandes quantités d’alcool, et par des pratiques prônées par les partenaires, liant la promiscuité , intimidation et incitation à divers excès et outrages.

Et oui, quand on est trop “startup”, on devient trop “fun et pro”… alcoolique, bien sûr. Et quand on boit trop, le comportement devient souvent outrancier et n’a pas sa place dans les affaires, mais nous sommes dans des moments de grands bouleversements qui génèrent de grandes souffrances mentales et morales.

La seule façon de se protéger de tout cela est de vivre, en quelque sorte, en marge ou sur le dos de cette société malade.

Lire Aussi :  "La bataille de Kherson est un enjeu politique énorme pour Moscou"

C’est exactement ce que je fais, et du haut de mon grenier normand, dans le calme de ma campagne et le doux crépitement du feu, le gloussement des poules et le ronronnement du chat, je contemple la ruine de ce monde et le folie qui se propage de jour en jour.

Prenez soin de vous.

Protège toi.

Protégez votre âme.

Charles SANNAT

« Cet article est destiné à la presse, c’est-à-dire libre de reproduction totale ou partielle, à condition que ce paragraphe soit reproduit après lui. Insolentiae.com est un site où Charles Sannat s’exprime au quotidien et propose une analyse impétueuse et sans concession de l’actualité économique. Merci d’avoir visité mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source BFMTV.com ici

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button