Arnaque au dépannage informatique : une société montpelliéraine a fait des milliers de victimes, sept arrestations

Les polices judiciaires de Montpellier et Nancy ont récemment classé une affaire d’escroquerie qui a généré plus d’un million d’euros.

L’arnaque est très simple mais d’une efficacité étonnante. Les enquêteurs de la DTPJ (direction territoriale de la police judiciaire) de Montpellier ont récemment démantelé une équipe de criminels se faisant passer pour des réparateurs d’ordinateurs après avoir piégé des milliers de victimes sur leurs ordinateurs.

L’affaire a débuté à l’automne 2020 après un signalement à la section cybercriminalité du tribunal judiciaire de Paris, qui a aussitôt saisi la DTPJ de Montpellier.

De 100€ à 1800€ de réparation

Les victimes ont expliqué que l’écran de leur ordinateur était verrouillé après l’ouverture de l’e-mail, la page d’accueil de Microsoft s’est affichée pour les informer de contacter la société Wintech. Là, l’opérateur leur propose un dépannage et revient vers le service pour payer en moyenne 500 €.

Lire Aussi :  France Culture // La dictée s’invite en gare pour la première fois

Lire aussi :
Arnaques en ligne, faux sites et contrefaçons : à l’approche du Black Friday, attention aux arnaques

“Le montant peut aller de 100€ à 1800€ avec un contrat d’assistance technique de plusieurs mois” montrer des recherches sur les parents. En fait, ce pop-up Microsoft – cette fenêtre – n’est pas trop difficile à supprimer à moins que de très nombreuses personnes aient des connaissances informatiques limitées.

Lire Aussi :  La Région Normandie a bien été victime d'une cyberattaque

L’entreprise de réparation Wintech a été retrouvée à Montpellier et les investigations ont montré que 2 200 fausses réparations ou tentatives ont été effectuées, faisant 884 victimes identifiées, dont 534 ont porté plainte. Les dégâts dépassent le million d’euros.

Quatre interpellations à Perpignan

Le président de Wintech a été entendu et l’enquête s’est poursuivie sous l’autorité du juge d’instruction et main dans la main avec Nancy PJ, secteur où le même modus operandi a été observé avec la société CallPower. Là encore, des centaines de victimes ont été recensées ces derniers mois.

Lire Aussi :  Épidémies, urgences surchargées... Pourquoi le gouvernement appelle à la "responsabilité" des médecins en grève

Le 22 novembre, un filet est lancé et sept personnes sont interpellées, dont quatre à Perpignan, le reste à Paris et en Paca. Il s’agit de la même famille dont les membres ont été inculpés le 24 novembre.

Des limiers de la police judiciaire ont rappelé que le rapport leur permettait de recouper. Et que des plateformes en ligne existent pour le grand public pour lutter contre la cybercriminalité : Pharos pour les signalements, Thésée pour les plaintes en ligne.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button