A Yzeure (Allier), le lycée Jean-Monnet fait découvrir ses formations d’excellence en verre et ferronnerie 

Cent quarante-cinq élèves de l’Ecole Nationale du Verre et soixante-cinq élèves du fer du Lycée Jean-Monnet d’Yzeure présenteront certaines de leurs créations lors d’une soirée des arts du feu ouverte au grand public. , vendredi 18 novembre. « L’objectif de cette soirée est de promouvoir la formation aux métiers », rappelle Julien Billaud, directeur adjoint de la formation. “Avec des jeunes et leurs familles qui viendront de toute la France pour découvrir nos ateliers, les créations des élèves des filières verrier, verrier et fer décorateur et rencontrer nos professeurs”.

La Maison des Métiers d’Art et du Design s’ouvrira à Moulins (Allier) en novembre

Étudiants déjà diplômés

Titouan Leclaircie, très concentré, au lycée depuis septembre, apprend à apprivoiser le verre, photo de François-Xavier Gutton

Ces filières d’excellence, qui ne comptent que peu de formations en France, concentrées dans le nord et l’est, attirent largement :

« Le recrutement est national, cette année il y a beaucoup d’étudiants d’Ile-de-France et des DOM-TOM. Nous avons plus de candidatures que de places dans chaque cours. Beaucoup d’étudiants ont un parcours spécifique, ils ont déjà un CAP, une Matricielle voire un Bac+3 avant d’intégrer nos formations.

Dans la chaleur d’ateliers dédiés aux souffleurs de verre, les élèves perfectionnent leur technique en dehors des cours ce mercredi : ils sont formés par deux professeurs, François Capet, qui sait notamment reproduire les techniques verrières anciennes, et Antoine Mexmain, ancien élève de Jean-Monnet. qui a travaillé en Suisse, au Luxembourg, à Loreni avant de retourner dans son école d’origine.
Coaché ​​par Titouan Leclaircie, natif de la Côte d’Azur, Baccalauréat Scientifique et Technique en Design et Arts Appliqués, CAP Arts du Verre et du Cristal. “Pour l’instant, j’apprends à apprivoiser la texture du verre, à jouer avec, avant de me lancer dans des choses sérieuses”, confie le jeune homme, qui sait déjà qu’il poursuivra avec le brevet artisanal (BMA) avant d’envisager la diplôme de conception. “J’ai choisi Jean-Monet car cette formation était la plus proche de chez moi et pour son stage.”

NL {“path”:”mini-inscription/MT_Decideur”,”accessCode”:”14214558″,”allowGCS”:”true”,”bodyClass”:”ripo_generic”,”contextLevel”:”KEEP_ALL”,”filterMotsCles”: “1|13|78|101|1903″,”gabarit”:”generic”,”hasEssentiel”:”true”,”idArticle”:”4214558″,”idArticlesList”:”4214558″,”idDepartment”:”221 “,”idZone”:”6254″,”motsCles”:”1|13|78|101|1903″,”premium”:”false”,”pubs”:”banniere_haute|article|article2|article3″,”page “:”MT”,”sousDomain”:”www”,”urlTitle”:”a-yzeure-allier-le-lycee-jean-monnet-montre-sa-formation-d-excellence-en-verre-et -le fer”}

Quelques-uns des objets de décoration de Noël qui seront en vente le 18 novembre, photo de François-Xavier Gutton
Quelques mètres plus loin, Evan Valière-Lacout–Rivier, originaire d’Ile-de-France, déjà bachelier en verre soufflé, a choisi le lycée Jean-Monnet après le stage d’intégration : « J’ai aimé le matériel, la proximité entre les professeurs et les élèves. De nombreux vitriers m’ont recommandé cette école. Il est là depuis deux ans à Yzeure, tandis qu’un mois sur deux il poursuit son apprentissage dans un atelier verrier à Essonno. « Il faut dix ans pour devenir un bon souffleur de verre. J’apprends beaucoup ici en regardant mes professeurs. Ils ont tous une bonne expérience des affaires et ils utilisent tous des méthodes différentes, ce qui est très utile. On s’améliore en observant des joueurs de vent avec des techniques différentes”.

Décors sur verre, photo de François-Xavier Gutton

Un trésor dans les ateliers : des moules centenaires de l’ancienne verrerie de Souvigny

Moule pour verre à liqueur, verrerie de Souvigny, photo François-Xavier Gutton

Lire Aussi :  Le pôle Nord magnétique de la Terre bouge, voilà ce que ça change

Un ancien moule de la verrerie de Souvigny, photo de François-Xavier Gutton

Moules de la verrerie de Souvigny, précieusement conservés par Jean-Monnet. photo de François-Xavier Gutton

L’école conserve dans ses ateliers des trésors que le public pourra découvrir : les anciens moules de la verrerie de Souvigny, disparus en 1979. “Verres à vin, verres à porto, verres à liqueur, toute l’époque”, explique François Capet. « Une partie des moules servait aux verres destinés aux paquebots France et Normandie. Les CAP les utilisent beaucoup. Les BMA apprennent à créer sans moules. Chaque enseignant complète la collection en apportant ses propres moules à l’école”.

Plus de postes vacants dans les cristalleries françaises que d’étudiants

La filière professionnelle du fer compte 65 élèves, photo de François-Xavier Gutton

Un peu plus loin, à la formation de décorateur verrier, les filles sont majoritaires et les débouchés sont nombreux. Le professeur Geoffrey Gatell l’assure :

“Les cristalleries de luxe françaises Baccarat, Saint-Louis et Lalique embauchent à tour de bras, au lieu de partir à la retraite, elles viennent chez nous à la recherche de leurs futurs collègues. Nous avons moins d’étudiants que de postes vacants chez nous”.

Il y a beaucoup de reconversions en ferronnerie d’art, les étudiants de 30 à 55 ans sont inscrits en CAP pendant un an. Il y a aussi beaucoup d’opportunités ici, explique l’enseignant Sylvain Bernadat : ​​”Nous avons beaucoup de ferronniers dans la région et n’ayez pas peur de déménager, les entreprises embauchent dans toute la France”.

Si portes, rampes, caillebotis… restent une part importante de l’activité, la ferronnerie d’art s’est beaucoup développée : « Nous travaillons avec des designers et des architectes d’intérieur depuis quarante ans. Au lycée, on a la chance d’avoir tout en place ! Le métier se renouvelle avec des créations pour le mobilier : tables, chaises, luminaires et tend vers des décorations plus sophistiquées. Le travail de l’acier est mélangé à d’autres matériaux comme le laiton. Nous travaillons avec un œil artistique.

Lire Aussi :  Quelle box internet sans engagement choisir ?

Dans les ateliers du mercredi après-midi, les élèves travaillent sur leurs propres projets en dehors des cours. photo de François-Xavier Gutton

L’industrie du fer se développe et se modernise. photo de François-Xavier Gutton
Des étudiants travaillent régulièrement pour des acteurs locaux dans le cadre de projets pédagogiques : ces dernières années, décorations en verre pour les musées départementaux de l’Allier ; collecteurs de mégots fabriqués par des ferronniers pour la ville de Moulins. Des étudiants de différentes filières unissent également leurs talents pour créer des pièces ultra-modernes telles que des lampes qui associent le fer et le verre coloré.

Les élèves des sections verre et métal travaillent parfois ensemble. Le résultat est des créations modernes comme cette lampe. photo de François-Xavier Gutton

Ariane Bouhours

[email protected]

Pratique. Soirée pompier.

Sphères de verre créées par des étudiants de la verrerie, photo de François-Xavier Gutton
Vendredi 18 novembre, de 17h à 21h au lycée Jean-Monnet, 39, place Jules-Ferry, à Yzeure. Entrée libre, gratuite.
Sur place, les étudiants de l’école hôtelière de l’école s’occuperont du banquet.
Des créations étudiantes, comme des boules de Noël en verre, seront en vente dans la boutique éphémère, rue Couverte (entre les ateliers du lycée).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button